LA VIE DE DROIT DEMOCRATIQUE

Institut pour une triarticulation sociale
(version française du site allemand)
Conditions d'utilisation.

Accueil

 

Deutsch EnglishDutchSkandinaviskFrançais ItalianoEspañolPortuguês (Brasileiro)Russisch
Recherche
 Contact   BLOG  Impressum 

LA VIE DE DROIT DEMOCRATIQUE

Passages de l’œuvre complète de Rudolf Steiner
5e collection.............................................................................................Accès à l'original

Rassemblés et commentés par Sylvain Coiplet

Traduit par François Germani pour les passages non encore disponibles en français.
Reproduction des passages déjà édités avec l’aimable autorisation des Éditions anthroposophiques romandes.

Démocratie comme principe de la vie de droit

La vie juridique – dans le sens de la triarticulation sociale – représente cette partie de la vie sociale qui a été nommée jusqu’à présent État ou politique. Ces deux concepts ont été évités parce qu’ils sont trop fortement chargés.

Qui pense à l’État compte presque invariablement avec des éléments qui ne dépendront plus de l’État avec la triarticulation sociale, par exemple le système scolaire ou la création monétaire. Entretemps est parlé partout de politique où est poursuivit consciemment un certain but, en comparaison au marché, qui se régule soi-disant de lui-même — comme par une loi naturelle.
Mais la triarticulation sociale part de ce que tous les domaines de la vie sociale peuvent être formés consciemment.
Cela ne vaut pas seulement pour la vie juridique, mais aussi pour la vie économique et la vie de l’esprit.
Il doit seulement être veillé à ce que les humains se rassemblent à chaque fois dans l’art et la manière appropriée.

L’art et la manière, dont les humains devraient s’asseoir ensemble dans la vie juridique, Rudolf Steiner l’appelle démocratie. Cette fois-là il utilise un concept courant. Cela n’a pas que des avantages. Ce qui est bon est que Rudolf Steiner peut rendre clair avec cela qu’il veut fonder la vie juridique sur l’égalité. Mais la démocratie au sens moderne ne se limite pas à l’égalité. L’idéal de la liberté y joue toujours un rôle. Ce flou rend difficile à beaucoup de suivre l’argumentation de Rudolf Steiner.

Le particulier au concept de démocratie de Rudolf Steiner est sa limitation à l’idéal d’égalité. Et cela se passe non aux frais de la liberté, mais à sa faveur. La liberté n’a rien à chercher dans le domaine de la vie juridique. Mais cela signifie aussi inversement que la vie juridique n‘a rien à chercher, où l’individu a à garder sa liberté.
La démocratie se limite à la participation. L’individu peut être mis en minorité par une majorité.
On ne peut parler d’une autodétermination de l’individu que là où n’est pas du tout voté, mais où est laissé à l’individu d’atteindre pour lui-même à des décisions. Cela Rudolf Steiner le promeut pour la vie de l’esprit, y compris le système scolaire, qui à cause de cela doit être désétatisé.

De nombreux partisans de la triarticulation sociale voient une priorité dans le renouvellement de la vie juridique. Dans la collection de textes, qui suit, a été tenté de mettre en avant les aspects de la vie juridique nécessitant d’après l’opinion de Rudolf Steiner une telle rénovation.

L’une s’impose en cela. Rudolf Steiner ne s’occupe pas du tout des particularités du processus de décision démocratique. De son accentuation de la loi fondamentale d’égalité, on doit donc tirer soi-même ses conclusions. Des représentants de la triarticulation sociale comme Peter Schilinsky et Joseph Beuys l’ont essayé, en ce qu’ils se sont engagé pour la poursuite du développement de la démocratie en une démocratie directe.
Comme chaque mouvement à succès, elle court le danger de s’autonomiser et d’oublier son origine dans l’approche de la triarticulation. Dans l’introduction de la section Démocratie directe et indirecte j’essaye à cause de cela à mieux faire ressortir les rapports internes entre triarticulation sociale et démocratie directe, comme ce fut fait par des représentants de la triarticulation sociale jusqu'à présent.
À la place de questions du mode de décision concrète à l’intérieur de la vie juridique, Rudolf Steiner se concentre de préférence sur la question fondamentale de ce que cette vie juridique doit après tout comprendre. Souvent il s’agit d’une limitation de la vie juridique, mais pas toujours. Dans les sections Fixation des tâches de la démocratie, Droit du travail comme tâche démocratique et Droit du sol comme tâche démocratique, il devient évident que Rudolf Steiner attribue de temps en temps plus à son pur État que ne l’aime les politiciens modernes.
On ne devrait pas mécomprendre cela comme un compromis avec le mouvement ouvrier d’alors.
Tout aussi peu que le sol, le travail ne peut être fait marchandise, ce qui de loin ne signifie pas que les deux doivent être nationalisés.
Le troisième élément, le capital, qui selon Rudolf Steiner ne devrait aussi pas être fait marchandise, n’est pas traité ici, mais dans la collection de textes sur la vie de l’esprit, parce que Rudolf Steiner ne compte pas le droit de propriété aux tâches de l’État, mais il lui en va avec le capital qu’il reste lié à la mise en œuvre des facultés et en cela reste attaché à la vie de l’esprit.
Inversement, on ne trouvera rien dans cette collection de textes sur la vie juridique sur monnaie et création monétaire. Rudolf Steiner compte les deux expressément aux tâches de la vie économique – même si de nombreux représentants de la triarticulation sociale ne parviennent pas à le suivre là-dessus – et sont de ce fait ici traités dans la collection de textes concernant la vie économique.

L’introduction de la triarticulation sociale conduirait d’après Rudolf Steiner à la rénovation du droit fiscal. Les passages correspondants seront énumérés dans la section Impôts et contrainte comme moyens étatiques.
Comme avec la question de la démocratie directe se montre là très vite que ce serait une faute, de faire de la publicité pour l’impôt sur les dépenses suggéré par Rudolf Steiner sans montrer le rapport interne avec la triarticulation sociale. Les aspects négatifs d’un impôt sur les dépenses ne se laissent éviter en fait que par une triarticulation sociale.

Avec ces mots d’introduction, j’espère avoir rendu clair que cette collection de textes concernant la vie juridique ne peut d’abord aider à une image équilibrée de la triarticulation sociale qu’avec les deux autres collections de textes sur la vie économique et la vie de l’esprit .

 Etat et démocratie dans les points fondamentaux
 Parlementarisme possible seulement dans la vie juridique
 Majorité comme égalité de jugementt
 Volonté commune possible seulement dans la vie juridique
 Démocratie comme abrasion des intérêts particuliers
 Vérité démocratique par le travail en commun
 La conscience juridique apparaît de la rencontre à la place des dons
 Les humains semblables corporellement et de ce fait égaux juridiquement
 Pure démocratie plutôt que grève
 Démocratie comme impulsion des temps nouveaux
 Démocratie comme moyen arithmérique
 Droit comme coopération plutôt que naissance et convention
 Convention par démocratie matérialiste

Pour la compréhension : la première tâche est ici le dépassement de la formule (toute faite) dans la vie de l’esprit, la troisième le dépassement de la routine dans la vie économique.

 La démocratie est resté longtemps latente
 Démocratie universellement humaine plutôt que lutte des classes


Pour la compréhension : En Haute Silésie devait être voté, si la région devait revenir à l'Allemagne ou à la Pologne. Steiner plaidat malgré tout pour une autonomie comme troisième solution :

 Etats (classes) extérieurs et démocratie intérieure
 Droit démocratique plutôt que droit naturel et historique
 Sur question de droit chacun doit avoir un jugement

Qu'est-ce que le droit ?

 Effet positif sur l'ensemble comme condition d'un droit
 Droit comme rajustement

Vie juridique démocratique ou conservatrice

 Monarchie justifiable uniquement par historicisme
 Démocratie trop conservatrice, nationalisme antisémite.
 Service de sécurité démocratique ou conservateur.

Vie juridique et vie des sensations

 Vie de droit et sentiment.
 Corps astral devient conscient par démocratie

Démocratie comme vie ou abstraction

 Apprendre de la vie à la place d'en finir démocratiquement
 Lois par humains plutôt qu'abstraites
 Démocratie comme communauté abstraite
 Droit comme sol de l'humanité
 Démocratie humaine à la place d'articles morts
 Limiter l'exagération intellectuelle au droit
 Le démocratique comme droit vivant.
 Pensée juridique comme abstraction formelle

Démocratie comme contrainte ou liberté

 Démocratie à la place de pouvoir spirituel-économique
 Aspiration démocratique à partir de la contrainte spirituelle-économique

Impôt et contrainte comme moyens de l’État

Introduction spécifique à cette rubtique par Ulrich Piel

 Nouveau système social à partir de la triarticulation sociale.
 Impôt sur les dépense comme universel à la place d'impôt indirects.
 Impôts sur les dépenses plutôt qu'indirects.
 Le bon vivant doit payer des impôt.
 La question après le système fiscal est encore fourvoyée.
 Financement de l'Etat par impôt sur les dépenses de mesure contraignante.

Steiner montre à d’autres endroits que le financement de la vie de l’esprit peut aussi fonctionner sous conditions par des débours contraints. Cela est le cas, lorsque des droits sont concrétisés en cela (Steiner pense vraisemblablement entre autres au droit à l’éducation. Voir là-dessus en haut le slogan « État et démocratie dans les Points fondamentaux ».

 Imposition individuelle plutôt que par groupes
 Égalité devant l'impôt
 Impôt sur les revenu abstrait, impôt sur les dépenses concret.
 L'impôt, faux chemin pour éviter le luxe.
 L'impôt, faut chemin pour réduire le prix du foncier.
 Droit de succession pose question.

Ce passage est particulièrement intéressant, lorsqu’on le prend avec le passage sur « Effets positifs sur l’ensemble comme condition d’un droit ».

 Donation embrumée par les impôts.

Fixation des tâches de la démocratie

 L'Etat n'est pas sans travail avec la triarticulation.
 Égalité juridique à la place de la renaissance du droit romain.
 La démocratie bourgeoise ne voit pas le prolétariat
 Droits humains à la place de privilèges.
 Droits humains à la place de possession et travail forcé.
 Droit de possession et du travail par État de droit démocratique
 Travail - et possession - comme droit - à la place de rapports de contrainte.

Droit du travail comme tâche démocratique

 La démocratie n'a d'abord valeur par la loi sociale fondamentale.
 Travail lourd égal moins de travail.
 La démocratie seule n'aide en rien au temps de travail.
 Temps de travail minimal à la place de seulement temps de travail maximum.
 Prix de marchandise par travail à la place de prix de travail par marchandise.
 Temps de travail minimum et maximum
 Temps de travail physique et spirituel défini démocratiquement.
 La conscience juridique innée veut un droit du travail plutôt que de la paresse
 La bourgeoisie est restée inconséquente dans la mise en oeuvre de la démocratie
 La démocratie doit surmonter le caractère de marchandise du travail
 Le travail ne doit pas être utiliser totalement comme marchandise.
 Le droit du travail par la loi comme principe d'Etat.
 Le travail comme question démocratique, le revenu comme question économique.
 Travail démocratique plutôt que bricolé.
 Temps de travail par jugement démocratique plutôt qu'individuel.
 Droit et démocratie contre travail égoîstet
 Protection et assurance du travail seulement quart de mesure
 Volonté de travail par la démocratie.
 Le démocratique modifié par la question sociale.

Droit du sol comme tâche démocratique

En attendant la compilation de Sylvain Coiplet : Page thématique : La question du foncier

Politique et partis

 Conférences d'histoire contemporaine plutôt que conférences politiques.

Voir aussi là-dessus le passage « Loges occultes comme courants parallèles vers la démocratie ». Là, Steiner veut se prononcer ni pour, ni contre la démocratie pour ne pas faire de politique.

 Sociale démocratie individuelle plutôt que sociale démocratie
 Attitude du triarticuleur aux partis.
 Éviter les vieux partis, ne pas en fonder de nouveaux.
 Le parlement plein d'intérêts égoïstes.
 Sociale démocratie comme acier de bois.
 Agriculture conservatrice et industrie libérale.
 Partis comme collections de momies.
 La triarticulation sociale n'est pas une politique.
 Vie spirituelle non politique à atteindre d'abord par triarticulation
 Partis comme caricature de la vie spitituelle.
 Partis comme ahrimaniens ou lucifériens.

Dans ce rapatriement des partis sur de tels êtres spirituels Wilfried Heidt voit ((Info3 Extra I/1989, p.9) un argument contre la représentation et pour la démocratie directe.

 Loin de la politique comme égoïsme et sectarisme.
 Mensonge comme méthode de la politique.
 Le politique à surmonter aussi dans la politique.


A l’occasion de la discussion sur les statuts de la Société anthroposophique Steiner vient parler de ce que, par l’article 4, ou est écrit, que cette société ne voit pas la politique comme relevant de ses tâches.

 La triarticulation à ne pas soumettre aux partis.
 Les humains de parti ne peuvent autrement que de réinterpréter la triarticulation.

Démocratie et triarticulation sociale

 Triarticulation plutôt que démocratie occidentale.
 Domination américaine plutôt que noble démocratie.
 Triarticulation comme fondement de la démocratie.
 La démocratie meurt à la démocratie.
 Danger de cancer et de guerre par la représentation étrangère au parlement
 Démocratie par gouvernement liquidateur.
 Pur état démocratique, État totalitaire dictatorial.
 Économie d'état possible en cas de besoin quand non démocratique.
 Démocratie sincère particularise les vie spirituelles et économiques.
 Danger de la représentation économique-spirituelle au parlement.
 L'état unitaire favorise Ahriman aussi quand démocratique.
 Représentation économique à côté plutôt que dans le parlement.
 Triarticulation plutôt que démocratie ou dictature.

Fixation unilatérale sur la démocratie

 Loges occultes comme courants parallèles à la démocratie.
 Temps présents avides de démocratie plutôt que d'initiation.
 Démocratie comme vérité partielle de la triarticulation.
 Démocratie totale comme caricature.

Démocratie directe et indirecte

 Démocratie directe ou indirecte.
 La démocratie suisse ne remplace pas la triarticulation.
 Lois par démocratie directe ou indirecte.
 Les majeurs décident démocratiquement directement ou indirectement.
 Démocraties directe et indirecte restreignent.
 Trois idéaux plutôt que trois parlements ou référendum.
 Autorestriction de la démocratie comme représentation ou reférendum.
 Idéalisme idéal, démocratisme nature de l'Europe centrale.
 Invention de la liberté comme devoir de l'Europe pour le monde.
 Démocratie suisse seulement démocratie apparente.
 Suisse non affectée par le droit romain et l'état de droit

Légitimation de la triarticulation

 Compréhension plutôt que révolution ou référendum.
 Dictature impossible par pulsion démocratique.
 Majorité pour la triarticulation, question de volonté plutôt que d'observation.
 Minorité a le droit de voter avec.
 Triarticulation sans majorité possible seulement à court terme.

Avec cette dernière phrase, Wilfried Heidt ne pourrait pas commencer grand-chose. Pour lui démocratie et trarticulation sociale ne se nécessitent pas mutuellement. Il tient malgré tout unilatéralement la démocratie (directe) pour nécessité de la triarticulation sociale. De ce passage, où Steiner se prononce pour une large propagation de l’idée de la triarticulation sociale, Heidt fait une justification pour sa thèse. Steiner irait naturellement à la légitimation démocratique de la triarticulation sociale. Heidt réfléchi ici à côté de Steiner : qui s’investi pour de sauvages conseils ouvriers et culturels comme Steiner, lui veut seulement d’abord créer des faits. Vous avez besoin d’une base tellement large, qu’aussi une majorité démocratique ne le risquera jamais de la faire annuler. Je voudrais donc encore maintenant malgré cette limitation vous citer deux passages additionnels introduits par Heidt ((Sozialwissenschaftliches Forum, Band 4, S.114+134-135)

 Larges explications sur la triarticulation nécessaires.
 La société anthroposophique doit expliquer sur la triarticulation

Hiérarchie ou égalité des droits des membres

  Etat comme fondement de la structure des rapports sociaux.

Wilfried Heidt (Sozialwissenschaftliches Forum, Bd. 4, S. 122) saisit l’affirmation que le « législatif, les organisations politiques (…) forment la base pour la structure des rapports sociaux ».
À partir de cela, il fait que l’État place et a aussi à placer l’aiguillage pour la vie de l’esprit et économique.
Mais du contexte se donne qu’ici Steiner veut valoriser non l’étatique, mais le spirituel. La formation sociale extérieure doit considérer l’esprit en ce qu’il le laisse dépasser l’État. Cet esprit s’active alors fécondant sur l’État, particulièrement sur son travail en commun avec les autres États. Voir aussi en bas sous le titre « Rapport de la démocratie à la vie de l’esprit » le sous-titre « Fécondation spirituelle ».

 L'Etat ordonné au dessus de l'entrepreneur lors du démantèlement plutôt que de la mise en place .

Les deux phrases « Les trois sphères ne se tiennent pas les unes à côté des autres. L’organisme étatique est supérieur dans toutes les particularités » sont sorties de leur contexte par Wilfried Heidt et utilisées pour soutenir sa thèse que l’État se tient en général au-dessus de la vie spirituelle ou économique (Sozialwissenschaftliches Forum, Band 4, S. 119).

 Droit - à côté plutôt que sous la vie économique.

Rapport de la vie juridique aux autres membres

 Démocratie plutôt que don et expérience
 Effet du droit sur vie économique et vie spirituelle

Rapport de la démocratie à la vie économique

 Manipulation capitalistique de la démocratie
 Divinisation de l'Etat par l'entrepreneur
 Socialisation plutôt que démocratisation de l'entreprise
 Mettre les trusts sous la démocratie
 Démocratie d'échange et tyrannique
 Aspiration à la démocratie par industrialisme
 Parlement aussi pas par commission pleine de capables économiques

Rapport de la démocratie à la vie de l’esprit

 Église catholique liée par le sang plutôt que démocratique

Fécondation réciproque

 Formation du peuple comme révérence devant la démocratie
 Saine conscience du droit comme conséquence non souhaitée de la formation du peuple
 Droit inspiré par science juridique comme sa pré-image plutôt qu'image
 Formation comme condition de la démocratie
 L'État ne peut que tester les fonctionnaires et les électeurs plutôt que de les former
 Démocrates pas analphabètes
 Phases de l'éducation démocratique de l'enfant
 De l'autorité à la démocratie

Démocratisation de la vie de l’esprit?

  Impossibilité d'une démocratisation des talents
  Connaissance secrète par Anthroposophie démocratise plutôt que de nationaliser
  Seule la diffusion, pas l'obtention de la connaissance secrète est démocratisable
  Société anthroposophique: démocratique ou aristocratique?
  Considérer la bien-aimée démocratie suisse

Non encore ordonné sous un thème précis

  Conservatisme de la démocratie française.
  Anarchisme de la démocratie française
  Démocratie comme symptôme de la maturité nécessaire.
  Refus de la démocratie comme cause partielle de la guerre.
  Démocratie habsbourgeoise comme mensonge de l'histoire mondiale.
  Image de soi des démocrates anglais.
  De la théocratie à l'Etat: absolutisme de la personnalité.
  La démocratie allemande aussi internationalement discréditée.
  Démocratisation du militarisme par la bourgeoisie.
  La démocratie vient au social par des groupes.
  Individualisme et nivellement démocratique à partir de l'âme de conscience.
  Allemagne comme démocratie sans démocrates.
  Goethe mécompris par démocrates décalés.
Travail d'abord valable pour le tout par sagesse et ardeur.
Droit à non temps de travail rend possible réceptivité pour la vie de l'esprit.
Pour l'école Waldorf pas seulement amour mais aussi devoir au travail.
Droit au travail chez Robespierre et Bismark.
Obligation de travail militariste plutôt qu'amour des semblables.
Travail par obligation ou travail par enthousiasme.
Volonté au travail et goût au travail par vie spirituelle libre plutôt qu'obligation au travail.
Obligation au travail conduit dans la durée à l'augmentation des suicides.
A la dictature du prolétariat appartient l'obligation au travail.
Autonomisation du droit fait du travail un problème.
Travail demandé plutôt qu'obligation au travail ou droit au travail.
Droit au travail chez Robespierre et Bismark et quand même autrement.
Obligation au heures supplémentaires à surmonter par l'invendabilité des moyens de production.
Altruisme du capital par invendabilité des moyens de production.
Sensation libre pour obligation au travail plutôt que travail comme marchandise ou caserne.
Cellule économique originelle empêchée par mise en marché de travail, sol et capital.
Tout travail spirituel devient marchandise, si seul est libéré le travail physique.
Travail sorti du marché par contrat libre sur fixation de la participation au prix de marchandise.
Valorisation et seulement sortie du marché du travail d'abord par autonomisation du droit.
Sorte, mesure et temps du travail sera établi démocratiquement.
Plein bénéfice du travail par maintien du capitalisme signifie spirale salaire-prix.
Rapport de salariat comme travail forcé.
Véritable abolition du capitalisme et travail forcé par triarticulation.
Motivation pour le travail du respect de la dignité humaine plutôt que travail forcé.
Droit du travail pour travail spirituel et physique plutôt que masquage de l'âme et de la volonté.
Conduite de la valorisation mutuelle des marchandises plutôt que travail obligatoire centralisé d'Etat.
Pas d'obligation au travail en dehors de la nécessité à travailler pour ne pas mourir de faim.
Réduction au travail nécessaire plutôt qu'obligation au travail crée du temps libre pour l'art.
Le seul minimum d'existence possible est fécondité du sol par nombre d'habitants.
La compétence de Carnegie n'est pas héritée, donc les moyens de production non plus.
Revenu non par travail personnel, mais par travail commun de tous.
La triarticulation écarte de revenu sans travail.
Un État peut défaire les conditions salariale par action isolé, là les conditions internes.
Revenu sans travail seulement productif par travail spirituel réel.
Fin de la spirale salaire-prix par articulation de la vie juridique et la vie économique.
Séparation de travail et revenu signifie aussi abolition de l'héritage et de l'intérêt sur intérêt.
La rémunération des fonctionnaires fourni un modèle pour séparation de travail et revenu.
La loi sociale principale - Travail et revenu sont des choses tout à fait séparées.
Sauver la continuité de l'économie par compromis sur la question du salaire.
Le salaire socialiste tardif selon les besoins échoue en superstition en la vie économique.
Créer des moyens pour l'anoblissement de l'opinion en direction de la loi sociale principale.
Contrat sur rapport de partage ne signifie pas simplement salaire au pièces plutôt que salaire horaire.
Séparation de travail et revenu non un paradis mais une aspiration d'époque.
Si l'argent à toujours à faire avec prestation, il n'y a plus de travail forcé.
Mesure du travail fixée démocratiquement s'exerce sur les prix.
Motivation au travail de la vie de l'esprit et de la vie juridique plutôt que de la vie économique.
Le travail se laisse décider par des décisions à la majorité.
Véritable droit du travail par temps de travail fixé démocratiquement.
Salaire est une non vérité sociale.
Le problème est un droit du travail manquant et le mésusage des facultés spirituelles.
Le travail n'a pas le droit d'être une marchandise, car il n'a pas le droit d'être utilisé sans reste.
Capitalistes regardent seulement au temps de travail, démocratie aussi sur paix du travail.
Démocratie fixe temps de travail et valeur du travail.
Le temps de travail d'une branche n'a pas le droit de reposer sur l'arbitraire d'un seul.
Seules idée et amour peuvent remplacer salaire comme motivation.
La triarticulation écarte de revenu sans travail.
Capital n'appartient à personne.
Temps de travail et travail spirituel.
La Grèce échoue à la sous estimation du travail.
État abstrait fait toujours plus de lois.

Sylvain Coiplet