Vie spirituelle libre

Institut pour une triarticulation sociale
(version française du site allemand)
Conditions d'utilisation.

Accueil

 

Deutsch EnglishDutchSkandinaviskFrançais ItalianoEspañolPortuguês (Brasileiro)Russisch
Recherche
 Contact   BLOG  Impressum 

Vie spirituelle libre

Passages de l’œuvre complète de Rudolf Steiner
3e collection........................................................................................Accès à l'original

Rassemblés et commentés par Sylvain Coiplet

Traduit par François Germani pour les passages non encore disponibles en français.
Reproduction des passages déjà édités avec l’aimable autorisation des Éditions anthroposophiques romandes.

 

La liberté comme principe de la vie spirituelle

001 - En court : où avec la vie de l'esprit ?

Religion, Art et Science

002 - Tri-articulation de la vie de l'esprit en religion, art et science

L'éducation comme développement des capacités

003 - Liberté par éducation plutôt que par naissance.

Développement de l'éducation à la liberté

Dans la citation d'ouverture de cette collection est déjà indiqué, comment le développement de l'éducation pour la liberté est perdue. Là il est question notamment : «Dans la structure étatique la vie spirituelle a grandit à la liberté, elle ne peut pas vivre correctement dans cette liberté, si ne lui est donnée une pleine gestion autonomie. »(Voir au chapitre « Liberté comme principe de la vie spirituelle », le mot-clé « En bref: Que faire avec la vie spirituelle? »). Pour que ça puisse venir aussi loin, devait seulement d’abord une fois "le système éducatif et avec cela la vie spirituelle publique être retirée des cercles, qui s’en occupaient au Moyen Âge et déférés à l'État ". Ce qui n'avait de sens que comme une phase transitoire ne peut, malheureusement, être facilement absolutisée. L'école d’état sera alors tenue pour le sommet de la liberté. Qui ici ne veut pas être absolu, vaut comme clérical et moyenâgeux. Les partisans de l'école d’État ne sont souvent aussi pas assez impartiaux pour pouvoir avouer que des ministres de l'éducation cléricaux ont parfois laissé plus liberté au système éducatif, que leurs collègues soi-disant libéraux. Mais ceci, cependant, appartient à une histoire consciencieuse de l'éducation à la liberté.
004 - Rejet de l'école d’État ne signifie pas absolument cléricalisme.

Ecole Waldorf comme république savante libre

005 - Les enseignants capables deviennent autorité conformément à la nature
006 - Pédagogie devrait être apprise par les enseignants
007 - Inclination spontanée à autorité transformable, spécifique aux choses.
008 - École Waldorf comme république administrative plutôt que de mesure gouvernementale.
009 - Conférence des professeurs comme république : chaque professeur est le souverain
010 - Constitution de l'école Waldorf républicaine-démocratique.
011 - Unité spirituelle d'un groupe complique l'admission suivante.
012 - La république des professeurs peut déléguer l'administration de l'école.
013 - Ne pas dissimuler une motion de méfiance contre des délégués

Liberté et l'individualisme

014 - De la philosophie de la liberté au développement des talents.
015 - La source de l'individuel repose dans le prénatal. (de la place respective de l'individuel et du collectif)

Egalité dans l'esprit


Vie spirituelle et corporation


Corporation en tant qu’institution de la vie spirituelle

016 - Anthroposophes comme corporation

Les anthroposophes ne sont qu'un exemple. De corporation il peut être question pour chaque institution de la vie spirituelle.
017 - Libre choix de la corporation spirituelle.

Mais Steiner ne tient pas toujours nécessairement corporations et autonomie de la vie spirituelle pour compatible. Probablement sa critique se limite ici aux corporations jusqu’à présent.
018 - Libre vie de l'esprit à la place de corporations

Un autre passage dit sans doute tout aussi peu de choses sur ce que Steiner comprend sous corporation. Ici, corporation est identifiée avec organisation, une description qui se rapporte chez Steiner plutôt sur des institutions juridiques (militaires en particulier !).
019 - Dans la vie économique association plutôt qu'organisation et corporation.

Cette distinction, entre association et corporation, dit cependant moins sur la corporation que sur l'association. Steiner donne au mot corporation, mais à un autre endroit, sa propre signification : typique de ce type de corporation n'est pas seulement la liberté d'appartenance, mais aussi qui appartient à cela. En cela elle se distingue d'une association.
020 - Corporation comme organisation des égaux.

Il est donc compréhensible que certaines organisations économiques peuvent devenir des corporations spirituelles.
021 - Corporations spirituelles plutôt que syndicats.

De ces groupements professionnels se différencient les zemstvos russes qui s’associent agriculture et industrie comme inégales.
022 - Semstwos associations économiques plutôt que corporations spirituelles.

Corporation en tant qu’institution de la vie économique

Steiner ne se tient pas toujours à la distinction faite par lui entre corporation spirituelle et association économique. Il parle à plusieurs reprises de corporations économiques. Tout d'abord, plusieurs passages ambigus. Ici pourrait être question de corporations économiques, car il s'agit tout de même de ce qui représente la vie spirituelle pour la vie économique
023 - Vie de l'esprit pour l'économie :une corporation économique.
024 - L'enseignant appartient à une corporation économique.

D'autres endroits se laissent d’une certaine mesure expurger, parce qu'ils ne se rapportent pas à l'idéal de la vie économique, l'association, mais à la vie économique jusqu’à présent.
025 - La vie économique jadis autonome par corporations.
026 - Les corporations économiques cherchent protection de l’État.
027 - Des corporations économique par la liberté à l'économie d'État.
028 - Vie de l'esprit fragilisée par soutien des corporations économiques.

Mais Steiner parle là aussi de corporations économiques, là, où d'une part, la vie spirituelle ne jour plus aucun rôle et où d’autre part, il s’agit de l'économie d’avenir conçue idéalement par exemple, la formation des prix.
029 - Prix déterminés par les corporations économiques.
030 - Formation de prix par corporations économiques plutôt que marché.

Ces deux cas ne sont pas seuls. Steiner utilise souvent à nouveau les expressions corporation et association comme synonymes.
031 - Corporation signifiant la même chose que association.
032 - Association comme vis-à-vis de corporations.
033 - Corporations économiques coopératives comme association.
034 - Vie économique corporative ou associative plutôt qu'ahrimanienne.
035 - Socialisation par toujours de plus grandes corporations économiques.

A certains endroits, il s’agit dans la description « corporations économiques » au moins la distinction entre la vie économique et la vie juridique.
036 - Corporations économiques plutôt que démocratie.
037 - Par corporations économique seulement prix, pas le droit du travail.

Corporations au sens d’institutions

Jusque-là, avec l'expression corporation il s’agissait au moins d’une alternance entre la vie spirituelle ou la vie économique. Mais il y a aussi des endroits où il est parlé immédiatement l’une après l’autre de corporations spirituelles et économiques.
038 - Humain particulier dans la vie du droit, corporations dans l'esprit et l'économie.
039 - Corporations spirituelles libres et économiques demi-personnelles.

Que la description corporation à l'endroit suivant vaut dans la même mesure pour la vie spirituelle et la vie économique ne se laisse seulement décider que si l'on a travaillé les « Bases de la Philosophie du droit » de Hegel. Ce n'est pas mon cas.
040 - L'État hégélien tolère encore des corporations libres.

Même cette dernière restriction sur la vie spirituelle et la vie économique tombe dans les endroits suivants. La confusion est désormais totale. Corporation signifie ici purement institution peu importe dans quel domaine de vie.
041 - Triarticulation par corporations limitées à un domaine.
042 - Associations économiques et toutes sortes de corporations.
043 -Vie de l'esprit fragilisée par soutien de corporations étatiques.

Corporation et triarticulation sociale

Ici l'initiative d'un Conseil culturel est particulièrement importante (voir le chapitre sur «Conseil culturel»). Avec ceci doit être souligné qu’une biarticulation en État et (conseils) économique devrait être évitée et devrait au lieu de cela être visé vraiment une triarticulation. Mais une question intéressante est aussi jusqu’où les institutions et les collaborateurs des institutions qui tentent de renouveler la religion ou l'éducation à partir de l'anthroposophie, doivent s’engager publiquement pour une triarticulation sociale
044 - L'école Waldorf combat implicitement contre la loi scolaire de base.
045 - Les triarticuleurs doivent entreprendre la propagande plutôt que les professeurs waldorf.

Commentaire: Ce qui vaut pour l’école Waldorf ne vaut pas absolument pour la Société anthroposophique.
046 - Anthroposophes trop lâches pour se montrer publiquement pour la libre vie de l'esprit.

Conseil culturel et association scolaire mondiale

La première assemblée pour la création d'un conseil culturel libre, non gouvernemental a eu lieu le 29 mai 1919 (prévu pour la GA 330a, mais malheureusement pas encore publié). L'objectif principal était de contrer la préoccupation unilatérale avec les conseils d’entreprise, afin que leur succès ne devienne pas un échec du mouvement pour la triarticulation. L’assemblée a été convoquée par l’Union pour la triarticulation. La suggestion a été faite par Steiner, qui avait mis en garde contre l’unilatéralité. Mais en faire un appel (de plus), n'était pas son idée.
047 - Conseil culturel encore plus difficile à fonder que conseil d'entreprise.
048 - Unger: l'appel à la fondation d'un conseil de culture a été stimulé par Steiner.

049 - Conseil culturel plutôt qu'immondices de culture et mesquine anthroposophie
050 - Conseils d'entreprises riches de résultats sont, sans conseil de culture, quand même échec.
051 - Conseil de culture plutôt que chauvinisme.
052 - Pas seulement conseils d'entreprise, mais aussi conseil de culture.

053 - Le conseil culturel à échoué à la méfiance réciproque des professeurs d'université.
054 - Les incapables ont la plus grande peur d'un conseil culturel.
055 - L'appel à la fondation d'un conseil culturel n'a pas été de Steiner.
056 - École Waldorf pour des prunes aussi longtemps que pas d'association scolaire mondiale pour libre vie de l'esprit.
057 - Association scolaire mondiale doit en premier s'appuyer sur une opinion largement répandue
058 - Malheureusement trop peu à informer sur l'association scolaire mondiale.
059 - L'association scolaire mondiale a besoin pas seulement de nombreux, mais d'innombrables membres.
060 - Association scolaire mondiale comme possibilité de porter une école modèle.

fin numérotation FM03>060

Rapport de la vie spirituelle à la vie juridique

début numérotationFM06>001

Liberté par rapport à la vie juridique

Aux difficultés pédagogiques des écoles Waldorf appartiennent toujours encore la nécessité d'assurer la connexion aux écoles publiques ou aux universités. Ce qui aujourd'hui vaut principalement pour la treizième classe était aux débuts de l'École Waldorf un problème constant, car alors devait être veillé que les élèves puissent trouver la connexion aux écoles publiques en troisième, sixième et neuvième.
061 - Compromis avec l'administration scolaire étatique

Lors de la soirée de bienvenue avant le cours d'introduction pour les futurs enseignants Waldorf Rudolf Steiner les avait tout de suite rendus attentifs à cette contradiction entre exigences pédagogiques et étatiques (voir le chapitre sur «L'école Waldorf comme une république savante libre" le mot-clé «École Waldorf comme république administrative plutôt que gouvernementale").
062 - L’État ne doit pas une fois conserver le contrôle des écoles.
063 - Libre vie de l'esprit signifie aussi que les cinémas n'ai pas le droit d'être interdits par la police.
064 - Pas seulement liberté négative de l’État, mais liberté positive de la vie de l'esprit

Commentaire : L’endroit vient dans cette collection une deuxième fois et se tient là dans son contexte plus large (voir le chapitre « Association scolaire mondiale » sous la rubrique « l’association scolaire mondiale a besoin non seulement de nombreux, mais d’innombrables membres »).
065 - Vie de l'esprit libre sans anthroposophie reconduit chez le ministre de l'école
066 - Les universités libres devraient pouvoir délivrer des diplômes de docteur.

La fécondation de la vie juridique

Quand Steiner souligne qu’il ne s’agit pas seulement pour la vie spirituelle une liberté négative vis-à-vis de l'État, d’une libération formelle, mais d’une fondation positive d'une vie spirituelle libre, il signifie à la fois une vie spirituelle qui rend possible de comprendre, quelque chose de la politique et de l'économie (voir le chapitre «association scolaire mondiale» la rubrique «association scolaire mondiale  doit se fonder d'abord sur une opinion largement répandue"). À l'esprit positif appartient donc la fécondation de la vie juridique. Cela est rendu clair par Steiner dès la citation d’introduction de cette collection où il est dit: «Les institutions qui ont émergé entièrement d'une vie spirituelle libre, créeront le contenu de la jurisprudence de cette vie spirituelle elle-même. L'État aura à attendre sur ce qui lui sera répondu par cette vie spirituelle libre. Il sera fécondé par les idées vivantes qui peuvent survenir seulement d'une telle vie spirituelle. » (Voir le chapitre sur« la liberté comme principe de vie spirituelle » la rubrique" en bref : Que faire avec la vie spirituelle? »). Cette fécondation de la vie juridique ne se limite d’ailleurs pas à une nouvelle sorte de formation des juristes, mais saisit aussi directement dans la justice (voir le prochain chapitre  "Vie spirituelle et de la jurisprudence (dire le droit»).

 

La vie spirituelle et énoncé du droit

Dans les "Points fondamentaux" après un plus long exposé sur l’appartenance du capital à la vie spirituelle est abordé relativement rapidement le travail des juges. Steiner commence ici avec les mots : "Un de ces effets par lesquels la triarticulation de l'organisme social aura à prouver sa justification dans la vie sociale humaine, est la séparation de l'activité judiciaire des institutions de l'État. » (Voir la rubrique« Juger pas une tâche de l'État»). Comme dans la discussion sur le capital ici il en va encore une fois d’une extension de la vie spirituelle au-delà de ses limites habituelles. Contrairement à la question du capital, cette approche se laisse poursuivre chez Steiner loin dans le passé. Les premières citations proviennent ici, donc encore du XIXe siècle. Le capitaine Dreyfus a été condamné par la justice française en tant qu'espion présumé en 1894 à l'exil, en 1899 à la forteresse et réhabilité qu'en 1906.Il était visiblement innocent, mais comme Juif alsacien était le bouc émissaire idéal. Zola s'est opposé à ce préjugé antisémite et s’est battu pour Dreyfus. D'après les commentaires de Steiner à cette ainsi nommée "Affaire Dreyfus" j’'ai choisi celle où il suggère (à ma connaissance pour la première fois) pourquoi la justice ne peut pas être une tâche de l'État.
067 - Sentences question d'humanité plutôt que de majorité
068 - Connaissance du genre humain plutôt que dossiers
069 - Juges non psychologues à cause des conditions étatiques.


Quelques années plus tard, Steiner revient à parler sur le thème des tribunaux. Cette fois, il montre l'humanité des tribunaux de guilde comparés aux tribunaux qui sont inspirés par la tradition romaine. Mais cela ne signifie naturellement pas qu’il veuille réintroduire les anciennes guildes (et le système des castes médiévales). Quelle serait la forme sociale appropriée aux temps modernes, il ne le développe pas encore ici .
070 - Jugement compréhensible de tout le monde plutôt que jugement expert.

Ce que Steiner pense à l’occasion de l'affaire Dreyfus sous «jugement psychologique», ou plutôt ne pense pas devient clair à l'endroit suivant.
071 - Ne pas juger l'humain, mais les conséquences sociales de ses actes.

Les premières traces d'une distinction entre le droit civil, privé, et pénal, d'une part, et droit public d'autre part apparaissent au plus tard pendant la Première Guerre mondiale.
072 - Le droit embrouille la réalité particulièrement en droit civil

Aussi pendant la Première Guerre mondiale, Steiner rend clair dans ses mémorandums aux gouvernements allemand et autrichien à quoi la justice future devrait ressembler Son humanité passe par la déconnexion de l'État, mais pas en faveur d'un groupe tel que la guilde, mais de l'individuel.
073 - Choix individuel du juge

Après la révolution allemande de novembre, Steiner soutient aussi ce point de vue publiquement, mais d'abord dans le cercle plus étroit des anthroposophes.
074 - Choix personnel de juge pénal et civil
075 - Les anthroposophes doivent avancer au choix personnel du juge

Ce dernier point a été sorti de son contexte et mal interprétés (Die Drei 9/94, p. 718, note de bas de page) par Dörmann  Ce que Steiner pensait malgré cela par là, il ne le place plus seulement en face d’anthroposophes, mais aussi dans des conférences publiques.
076 - Droit public comme partie de la vie du droit.
077 - Jugement pénal et civil comme partie de la vie de l'esprit.
078 - Ne pas confondre jugement pratique et loi.

Dans son remaniement de cette série de conférences en un livre - les « Points fondamentaux de la question sociale» - Steiner se dirige ensuite vers les préoccupations de ses auditeurs, ce qui conduit à une présentation encore plus précise de cette question :
079 - Juger n'est pas une tâche de l'État

D'autres particularités – pour une part évidentes, mais importantes –  ne sont pas élucidées dans les « Points fondamentaux de la question sociale », mais en partie seulement dans des conférences publiques :
080 - Juger indépendamment de bandes familiales ou humaines
081 - Familiers jugés comme étrangers.

Cette indépendance du juge des autres situations sociales peut devenir absolument un exemple, pour la triarticulation sociale.
082 - Indépendance personnelle du juge
083 - Droit comme social, juger réponse au non social.
084 - La vie de l'esprit place aussi le juge pour le droit du commerce.

Le même jour, Steiner va encore plus près sur une question sur le droit pénal et conduit cela plus loin, ce qui est seulement évoqué à d'autres endroits (voir ci-dessus, les rubriques «droit public comme part de la vie du droit» et « Jugement privé et pénal comme part de la vie spirituelle »).
085 - Nécessité de la peine comme symptôme de maladie sociale.

Pendant que l'addition du juger  à la vie spirituelle appartient absolument à la triarticulation sociale, ainsi une telle addition ne signifie pas nécessairement que l'on a affaire à la triarticulation sociale. Toges et robes indiquent un passé, à savoir l’époque théocratique où l'État ne pouvait pas encore absorber la juridiction, parce qu’il ne se trouvait pas encore comme membre indépendant de l'organisme social. À cette époque, la jurisprudence venait d’ailleurs de la vie spirituelle, mais cette vie spirituelle fixait les lois (ou plutôt les commandements). De tels commandements religieux n'ont rien à voir avec ce qui est ambitionné avec la triarticulation sociale. Elle n’aspire pas une quelconque contrainte spirituelle, mais la liberté spirituelle.

086 - Toge comme habit retiré de la théocratie
087 - Toge comme vestige de la théocratie

Où Steiner ne compte pas les juges à la vie spirituelle, mais les assimile à d'autres fonctionnaires de l'État, il ne décrit que l'héritage du passé, mais cette fois pas théocratique, mais de l’époque juridique. Cela n’a à nouveau rien à faire avec l'e contexte qui doit être envisagé aujourd'hui.

088 - Juge comme représentant de l'état unitaire mqe
089 - Toge comme phrase du passé.
090 - Juge du monde comme anthropomorphisme
091 - La toge d’État recouvre la vie de l'esprit contrainte.
092 - De la théocratie au juge du monde.

L’étatisation du juger rend impossible au juge d'inclure dans son jugement l'aspect de la réincarnation et du karma. Cela masquera en particulier pleinement le prénatal.
093 - Juge par prise en compte de la pré-natalité
094 - Droit romain transféré sur l'esprit.
095 - Droit romain sans pré-natalité transféré sur l'esprit.
096 - Juge comme perte du ciel étoilé.

 

La signification d'une désétatisation de la justice pour la question nationale (voir ci-dessus sous les rubriques « Choisir du propre juge pénal et privé », « Jugement privé et pénal comme part de la vie spirituelle », « Jugement pratique et loi, ne pas confondre » et « Juger pas une tâche de l’État ») est encore souligné une fois en Haute-Silésie :
097 - Jurisprudence non étatique plutôt que nationalisme

Droit à la vie spirituelle


Ici, il en va avant tout du droit des enfants à l'éducation, au besoin, contre la volonté des parents, qui doit être strictement distingués du contenu de l'éducation, ainsi que de l’obligation scolaire. L’obligation scolaire a notamment l'inconvénient de mettre l'enseignant dans la situation confortable de ne pas avoir besoin de convaincre les enfants de la nécessité de l'école, ce qui a un impact négatif sur sa qualité.
098 - Droit à l'éducation et revenu d'éducation
099 - Le droit à l'éducation a des répercussions sur le salaire des parents.
100 - Les parents doivent être convaincus de la nécessité des écoles.
101 - Réfléchir là dessus, comment on amène les enfants à l'école
102 - Hostilité à la formation s'arrangera par triarticulation sociale.
103 - Droit à l'éducation à la place de l'actuelle obligation scolaire.

Rapport de la vie spirituelle à la vie économique

La liberté vis-à-vis de la vie économique

D'un intérêt particulier est ici, le conflit entre Emil Molt, l’initiateur et financeur de la première école Waldorf, et le collègue des enseignants de cette école. Emil Molt n’était de lui-même pas en état de distinguer entre lui-même, comme une personne, et son usine (la Waldorf-Astoria). Pour les enseignants, cette différence était cruciale. Ils ont insisté sur la séparation de la nomination des enseignants de l'usine en tant qu'institution. Emil Molt ne bifurqua que lorsque Rudolf Steiner se plaça clairement dans ce conflit derrière les enseignants. Le tout peut être lu dans les mémoires de Emil Molt.

La fécondation de la vie économique

104 - La libre vie de l'esprit empêche le non économique gaspillage de travail.

Une condition préalable à la fécondation de la vie économique par la vie spirituelle, c'est le caractère indépendant de cette vie spirituelle. Mais Steiner montre à l'exemple de l'Angleterre que cette condition seule ne suffit pas.
105 - La vie de l'esprit a besoin de la force de ne pas seulement former des docteurs, mais aussi des entrepreneurs.

Vie spirituelle et transferts du capital

Peut-être encore plus surprenant que les groupements professionnels (voir ci-dessus sous la rubrique « Corporations comme institution de la vie spirituelle » à la rubrique « Corporations spirituelles au lieu de syndicats ») est l’ordonnancement du capital à la vie spirituelle, et donc aux corporations spirituelles.
106 - Transfert d'actif et de capital individuel ou par des corporations spirituelles
107 - Surplomb de la vie de l'esprit dans la vie de l'économie. PB
108 - Transfert spirituel du capital ou guerre.
109 - Transfert du capital à association par corporations spirituelles. PB
110 - Transfert du capital par des corporations spirituelles.
111 - Transfert du capital par agent cadeau

En savoir plus sur l'argent d'achat, l’argent de prêt et de l'argent-cadeau : GA 340, p.172-184, 5/1979, 04.08.1922. La seule exception qui m’est connue pour le transfert du capital par des corporations spirituelles devrait également être mentionnée ici. Mais avec cela l'utilisation ambigüe du mot corporation prend son début (voir le chapitre « Corporation et vie spirituelle »)
112 - Transfert de la possession par corporations économiques.

Financement de la vie spirituelle

Dans le cas de la première 'école Waldorf libre il tombait sous le sens d’essayer de financer localement, c'est à dire de faire appel principalement aux parents. Mais pour Steiner, ce financement, comme celui de l'université libre était une tache mondiale (voir les différentes citations du chapitre sur «L’association scolaire mondiale»). La raison est peut-être à rechercher dans le fait qu'à cette époque, l'Allemagne était économiquement à terre. Le transfert à l'heure actuelle serait inversé dans le cas présent : de l'Allemagne, les écoles Waldorf dans les pays pauvres devraient partiellement être financées. Mais la question est de savoir si l'approche n'est pas pensée un peu plus universellement, à savoir, comme la nécessité de penser à l'argent de cadeau au-delà du propre entourage étroit. Une autre question est de savoir si déjà le cours seul, parce que l'enseignant a besoin d'un moyen de subsistance, est une marchandise. Ce point de vue, qui remonte à des auteurs comme William Schmund et Christof Lindenau est entretemps largement répandu chez les enseignants Waldorf, bien qu'il soit clairement rejeté par Rudolf Steiner. Serait-il juste, alors il ne pourrait y avoir de liberté de la vie spirituelle vis-à-vis de la vie économique
113 - Les professeurs ne seront pas payés, mais reçoivent un entretien.

Pendant l’ignare reçoit ici sa graisse, la citation suivante apporte une justification relative à la petite bourgeoisie (Philistertums).
114 - L'artiste et la cellule économique originelle.

FM06 >054