triarticulation

Institut pour une triarticulation sociale
(version française du site allemand)
Conditions d'utilisation.

Accueil

 

Deutsch EnglishDutchSkandinaviskFrançais ItalianoEspañolPortuguês (Brasileiro)Russisch
Recherche
 Contact   BLOG  Impressum 
Collection: 03 - Vie spirituelle libre
Sujet: Transfert du capital par des corporations spirituelles.
 
Les références Rudolf Steiner Oeuvres complètes GA332a 164-166 (1977) 29/10/1919
Traducteur: FG Editeur: SITE
triarticulation

Institut pour une triarticulation sociale
(version française du site allemand)
Conditions d'utilisation.

Accueil

 

Deutsch EnglishDutchSkandinaviskFrançais ItalianoEspañolPortuguês (Brasileiro)Russisch
Recherche
 Contact   BLOG  Impressum 
Collection: 03 - Vie spirituelle libre
Sujet: Transfert du capital par des corporations spirituelles.
 
Les références Rudolf Steiner Oeuvres complètes GA332a 164-166 (1977) 29/10/1919
Traducteur: FG Editeur: SITE


Certes, on peut aujourd'hui rendre attentif là dessus – et nous l'avons fait dans le deuxième exposé -, comment le capital œuvre aujourd'hui dans le processus social économique. Seul, quand on parle purement de cela, que le capital devrait être supprimé ou être transféré dans la propriété publique, ainsi on n'a pas de concept de cela, comme en fait à l'intérieur de la vie économique, particulièrement sous les conditions de production actuelles, œuvre le capital, comment c'est nécessaire que les amoncellements de capital aient lieu, afin que les humains rendus capables puissent tout de suite œuvrer au service public par l'administration de ces masses de capital.
Pour cela pris fondamentalement dans mes « Points fondamentaux de la question sociale » l'administration du capital a été faite dépendante de la vie de l'esprit sous collaboration de l'autonome vie du droit. Pendant qu'aujourd'hui nous disons que le capital gère lui-même, sera réclamé par l'impulsion pour la triarticulation de l'organisme social que certes il devrait toujours être possible de former des amoncellements de capital, que ce devrait être possible que cet amoncellement de capital puisse être administré par celui qui a développé de la vie de l'esprit les capacités nécessaires pour quelque affaire, mais que ces amoncellements de capital devraient être administrés par celui qui les a amoncelés seulement aussi longtemps qu'il peut les administrer lui-même. A l'instant, ou au moins bientôt après cet instant – sur le particulier nous n'avons pas besoin aujourd'hui d'aller -, quand le concerné ne peut plus se tenir lui-même avec ses facultés derrière l'administration du capital, il a pour cela à veiller, où s'il se sent incapable de cela, il y a une quelque corporation de la vie de l'esprit qui doit être là pour laisser veiller à que cette exploitation puisse passer à nouveau à un plus capable qui peut l'administrer pour le service public.


Cela signifie : le transfert d'une exploitation (NDT ou entreprise) à une personnalité ou groupe de personnes n'est pas attaché à l'achat ou à de tels transferts de capitaux, mais est attaché à cela qui se présente à partir des capacités de l'humain lui-même, des capacités aux capacités, de ceux, qui peuvent travailler dans le service de la communauté de la meilleure manière à ceux qui à nouveau peuvent travailler au service de la communauté de la meilleure manière. De ce transfert dépend la guérison sociale du futur. Mais ce transfert ne sera pas un économique, comme c'est aujourd'hui, mais ce transfert proviendra d'impulsions de l'humain, qu'il reçoit de la vie de l'esprit autonome et de la vie du droit autonome. Il y aura même des corporations disponibles dans la vie de l'esprit, liées avec tous les autres domaines de la vie de l'esprit, auxquelles incombera pour ainsi dire l'administration du capital.


Ainsi pourrais-je à la place du transfert des moyens de production à la communauté placer la circulation de moyens de production dans l'organisme social, le transfert de capables aux capables, cela signifie, la circulation ; et cette circulation dépend de l'autonomie de la vie de l'esprit, qui lui est dans une certaine mesure subordonnée, par laquelle elle sera provoquée.