triarticulation

Institut pour une triarticulation sociale
(version française du site allemand)
Conditions d'utilisation.

Accueil

 

Deutsch EnglishDutchSkandinaviskFrançais ItalianoEspañolPortuguês (Brasileiro)Russisch
Recherche
 Contact   BLOG  Impressum 
Collection: 03 - Vie spirituelle libre
Sujet: Les parents doivent être convaincus de la nécessité des écoles.
 
Les références Rudolf Steiner Oeuvres complètes GA297 031-032 (1998) 24/11/1919
Traducteur: FG Editeur: SITE
triarticulation

Institut pour une triarticulation sociale
(version française du site allemand)
Conditions d'utilisation.

Accueil

 

Deutsch EnglishDutchSkandinaviskFrançais ItalianoEspañolPortuguês (Brasileiro)Russisch
Recherche
 Contact   BLOG  Impressum 
Collection: 03 - Vie spirituelle libre
Sujet: Les parents doivent être convaincus de la nécessité des écoles.
 
Les références Rudolf Steiner Oeuvres complètes GA297 031-032 (1998) 24/11/1919
Traducteur: FG Editeur: SITE

Mais qui une fois intérieurement sent de part en part, ce que cela signifie, être ainsi dans l'école, dans l'enseignement, dans l'éducation, comment par une vraie connaissance de l'humain devenant, cela est nécessaire à l'enfant, qu'il ait dans sont ressentir, dans l'entier vivre, une pleine preuve pour cela que la vie de l'esprit doit obtenir sa pleine administration libre. Et toutes les objections ne valent pas tant que justement on les lance, mais seulement ainsi qu'on doit les écarter par la réalité.

Là viennent des gens et disent : quand la vie de l'esprit devrait reposer sur une libre reconnaissance, les gens n'enverront plus les enfants à l'école, de cela on ne pourrait pas ériger une libre vie de l'esprit. - Ainsi ne parle pas celui, qui pense à la mesure de la réalité. Celui-ci éprouve avant toute chose la pleine nécessité de la libération de la vie de l'esprit. Il dit : la vie de l'esprit doit devenir libre ; cela peut peut-être avoir l'inconvénient que maintes gens ne veulent pas envoyer leur enfant à l'école ; là on doit songer à des moyens que cela ne puisse avoir lieu. On ne doit pas traiter cela comme une objection, mais on doit soulever quelque chose comme ça et alors réfléchir comment peut être apporté une réponse. Dans beaucoup de choses, qui tout de suite concernent une pleine réalité de vie, nous devrons apprendre à penser ainsi.

Vous devinez que tout de suite en rapport avec la vie de l'esprit – et la vie de l'esprit publique est au fond dans ses parties les plus importantes donnée avec enseignement, avec éducation – un plus total revirement doit pénétrer. Ceux qui sont habitués d’œuvrer dans la vie de l'esprit actuelle, ne parviendront justement pas sur ces choses. Je le sais, comme certains professeurs de plus hautes écoles, alors qu'a eux fut apportée l'exigence de passer à l'autogestion, ont dit : là je préfère me tenir sous le ministre, plutôt que d'administrer cela avec des collègues ; cela ne va pas. Avec mes collègues de la faculté, je suis moins volontiers ensemble qu'avec le ministre, qui est dehors.

On ne recevra peut-être pas d'après cette direction les impulsions nécessaires. Mais comme sinon en rapport avec les grandes questions de la vie aujourd'hui toujours plus et plus sera donnant la mesure non le producteur, mais le consommateur, ainsi voudrait on qu'aussi sur cela qui est nécessaire dans le système d'enseignement et d'éducation comme la plus importante partie publique de la vie de l'esprit, réfléchissent les consommateurs de ce système d'enseignement et d'éducation.Ce sont avant toutes choses des humains qui ont des enfants. - Nous l'avons vécu, quelle impression ont reçu les parents de la clôture de l'année scolaire, de tout ce que sinon les enfants ont vécu dans l'école Waldorf durant l'année scolaire. Nous l'avons vécu, comme les parents, quand ces enfants arrivent à la maison, sont devenus conscients, que là dans les faits un nouvel esprit social se lève, qui pour la prochaine génération est d'une énorme signification.- évidemment seulement, si l'école Waldorf ne reste pas une petite école du coin à Stuttgart, mais quand cet esprit, qui règne là, devient déjà l'esprit de cercles plus larges.