triarticulation

Institut pour une triarticulation sociale
(version française du site allemand)
Conditions d'utilisation.

Accueil

 

Deutsch EnglishDutchSkandinaviskFrançais ItalianoEspañolPortuguês (Brasileiro)Russisch
Recherche
 Contact   BLOG  Impressum 
Collection: 03 - Vie spirituelle libre
Sujet: Libre choix de la corporation spirituelle.
 
Les références Rudolf Steiner Oeuvres complètes GA024 360-362 (1982) 00/07/1917
Traducteur: FG Editeur: SITE
triarticulation

Institut pour une triarticulation sociale
(version française du site allemand)
Conditions d'utilisation.

Accueil

 

Deutsch EnglishDutchSkandinaviskFrançais ItalianoEspañolPortuguês (Brasileiro)Russisch
Recherche
 Contact   BLOG  Impressum 
Collection: 03 - Vie spirituelle libre
Sujet: Libre choix de la corporation spirituelle.
 
Les références Rudolf Steiner Oeuvres complètes GA024 360-362 (1982) 00/07/1917
Traducteur: FG Editeur: SITE

Il est entièrement évident, qu'a chacun d'innombrables doutes s'élèvent quand il veut se faire des pensées là dessus, comment ci qui est évoqué ici devrait être amené dans le particulier, de tels doutes ne viendraient seulement en considération quand l'existant serait pensé comme programme, à la réalisation duquel un individu ou une société devrait aller. Mais ainsi ce n'est pas penser, oui cela se contredirait soi-même, si c'était pensé ainsi.

C'est pensé comme expression de ce que feraient les peuples d'Europe du centre, quand on se posera comme tâche du côté des gouvernements de reconnaître et délier les forces des peuples. Ce qui dans le détail se passerait, cela se montre à de telles choses seulement, quand elles se rendent sur la voie de la réalisation.
Car elles ne sont pas prescriptions sur quelque chose qui a à se produire, mais prévisions de ce qui se passera quand on laissera les choses aller sur les voies exigées par leur propre réalité. Et cette réalité propre, concernant toutes les affaires spirituelles-culturelles et religieuses, auxquelles aussi appartient le national, prescrit administration par corporations, auxquelles la personne individuelle se reconnaît d'une volonté libre, et qui dans leur parlement seront administrées comme corporations, ainsi que ce parlement n'ait à faire qu'avec les corporations concernées, mais jamais avec les rapports de ces corporations aux personnes individuelles.

Et jamais une corporation n'a le droit d'avoir à faire à une personne appartenant sous le même point de vue à une autre corporation. De telles corporations seront accueillies dans le cercle du parlement, quand elles auront unis un certain nombre de personnes. Jusque-là elles restent choses privées, dans lesquelles aucune autorité ou représentation n'a à s'ingérer. Pour qui c'est une pomme acide qu'à partir de telles façons de voir toutes les affaires culturelles spirituelles doivent à l'avenir être privées de leur privilègiation (NDT du fait de les privilégier), celui-là devra justement mordre dans cette pomme acide pour la guérison de l'existence des peuples (NDT Volksdaseins).À l'accoutumance se poursuivant toujours à cette privilègiation on reconnaîtra donc difficilement dans beaucoup de cercles que sur le chemin de la privilègiation, tout de suite des métiers spirituels, ont doit retourner au bon vieux principe originel de la libre formation de corporation. Et que la corporation devrait d'ailleurs rendre un humain capable dans son métier, mais qu'on ne privilégie pas l'exercice de ce métier, mais doit le laisser à la libre concurrence et libre choix humain. Cela sera difficile à reconnaître par tous ceux qui volontiers parlent de cela que les humains ne seraient donc pas encore mûrs pour cela ou à cela. Dans la réalité cette objection ne viendra donc pas en considération, parce qu'à l'exception des métiers nécessairement libres la corporation décidera sur le choix des pétitionnaires.