triarticulation

Institut pour une triarticulation sociale
(version française du site allemand)
Conditions d'utilisation.

Accueil

 

Deutsch EnglishDutchSkandinaviskFrançais ItalianoEspañolPortuguês (Brasileiro)Russisch
Recherche
 Contact   BLOG  Impressum 
Collection: 03 - Vie spirituelle libre
Sujet: Humain particulier dans la vie du droit, corporations dans l'esprit et l'économie.
 
Les références Rudolf Steiner Oeuvres complètes GA331 079-080 (1989) 22/05/1919
Traducteur: FG Editeur: SITE
triarticulation

Institut pour une triarticulation sociale
(version française du site allemand)
Conditions d'utilisation.

Accueil

 

Deutsch EnglishDutchSkandinaviskFrançais ItalianoEspañolPortuguês (Brasileiro)Russisch
Recherche
 Contact   BLOG  Impressum 
Collection: 03 - Vie spirituelle libre
Sujet: Humain particulier dans la vie du droit, corporations dans l'esprit et l'économie.
 
Les références Rudolf Steiner Oeuvres complètes GA331 079-080 (1989) 22/05/1919
Traducteur: FG Editeur: SITE

Voyez-vous, un concept devra dans le futur complètement disparaître, le concept de la personnalité juridique, aussi la personnalité juridique-économique. Ce qui en fait sera à payer comme impôts sera à payer par des humains particuliers parce que dans l’État, dans l’État démocratique, sur le sol sur lequel doit vivre le droit, l'humain individuel fait face à l'humain individuel. Les humains ne peuvent alors être égaux quand un humain se tient vis-à-vis des autres comme individu. Sur le sol de la vie économique et sur le sol de la vie de l'esprit, il doit y avoir des corporations. Sur le sol de l’État il ne peut seulement y avoir du droit, qui est pour tous les humains le même, cela chaque humain majeur peut le voir clairement. Mais de cela est l'équivalent que chaque personne privée, que chaque individu est seulement le porteur d'impôt.


Cela peut être aménagé proportionnellement ainsi que jamais ne survienne d'injustice, mais cette proportionnalité ne sera pas nécessaire, quand vraiment une compensation entre les humains est là. La question fiscale sera alors quelque chose de tout autre. Pour cela valent les choses dont il s'agit et qui peuvent être questionnées aujourd'hui, plus pour le stade de transition. Là on doit souvent donc faire des choses, qui ne restent pas. Là il s'agit naturellement de ce qu'on crée les chemins vers l'imposition de l'humain individuel, pas vers l'imposition de complexes [...]