triarticulation

Institut pour une triarticulation sociale
(contenu spécifique au site français)
Conditions d'utilisation.

Accueil

 

Deutsch EnglishDutchSkandinaviskFrançais ItalianoEspañolPortuguês (Brasileiro)Russisch
Recherche
 contact   BLOG  impressum 

Glossaire Glossaire de l'ancien site

version au 04/06/2016

"avoir le droit" ou "avoir la permission":

"Durfen" en allemand. Compte tenu du propos sécifique à la tri-articulation, modifiant le concept de droit, je préfère la pluspart du temps parler de "permission". De qui on l'obtient, restant plus ouvert contrairement à "droit" qui place dans le registre d'une "légalité" et de l'appareil humain (ou divinisé) correspondant.
Voir aussi "légalité" et "légité"

Dreigliederung :

litt. qui consiste en trois membres.

Dans l'oeuvre imprimée de Rudolf Steiner le terme est utiliser le plus souvent appliqué : à l'organisme social, à l'organisme corporel humains (3 systèmes fonctionnels autonomes ayant chacun leur centre et débouchés spécifiques sur l'extérieur voir entre autres "Les énigmes de l'âme"), l'être humain sur terre en tant que corps, âme, esprit. Ensuite, beaucoup moins souvent, au reflet dans l'âme humaine des trois systèmes fonctionnels de la corporéïté connus dans la pychologie classique comme penser, sentir, vouloir et aussi dans le rapport de trois faculté historiques de l'âme (de sensation, d'entendement, de conscience)en rapport aux âmes de peuples.

Historiquement d'abord traduit en français par "tripartition" alors qu'existe bien le terme "Dreiteilung" en allemand que Rudolf Steiner utilise dans certaines circonstance mais distingue aussi de "Dreigliederung". D'un certain point de vue on pourrait dire que ces anciennes traductions reflétaient plus l'activité première par laquelle on rentre en rapport au concept : définir ce qu relève de chacune des partie, pour dans un deuxième temps s'intéresser à la façon dont elles s'articulent ce qui est peut être à l'origine de la suggestion qu'aurait faite Christian Lazaridès semblerait-il de "triarticulation" :

(qui n'existe pas en français et est donc une création spécifique ). Voir aussi ici.

 

"être-là" : utilisé comme traduction littérale pour Dasein dans son sens premier ci dessous :
Le mot allemand Dasein [ˈd̥ɑːza͡ɪ̯n] est l'infinitif substantivé du verbe allemand dasein, qui signifie « être présent ». Le substantif, apparu au XVIIe siècle avec le sens de « présence », est employé depuis le XVIIIe siècle comme équivalent du français « existence » (https://fr.wikipedia.org/wiki/Dasein).
Depuis Heidegger (pour "Dasein") et Sartre (pour "existence") son passés par là...

 

Fond et sol :
"Grund und Boden" . C’est une expression de la langue allemande à caractère juridique. Faute de connaître un spécialiste des questions juridiques et historiques (l’expression est utilisée de façon moins soutenue de nos jours), j’ai trouvé trois explications :

-Fond représenterai le sous sol, sol la surface. En France, la propriété du sous sol aurait été retirée du droit de propriété dans la première moitié du 20e siècle.
-Fond représenterait l’ensemble des biens « fond » fixés au sol. La fiscalité aurait joué un rôle dans la naissance de l'expression; L’un et l’autre, quoique liés, auraient été taxés différemment.
-Fond serait plus utilisé pour la parcelle qu'on aquiert pour sa maison, tandit que Boden serait plus général (Gudrun)
Tout au long de la traduction le choix a été fait de taiter l’expression comme un singulier.
Le lecteur pourra la plupart du temps lire "foncier" pour "fond et sol", tout en ne perdant pas de vue qu'en allemand et chez Steiner en particulier, l'expression peut couvrir "un peu plus " que le foncier "français".

Cela serait également justifié par le fait que l'expression est citée comme étant un Hendiadys .
On notera qu'existe aussi l'adverbe "foncièrement".

Une définition par R. Steiner : GA 337a, 157 - 160, 1/1999, 03.03.1920, Stuttgart
"N’est-ce pas, dans le processus économique on a premièrement à faire avec ce qui est nécessaire à la production, mais qui ne peut être produit soi-même. A cela appartient fond et sol lui-même et aussi quelques autres ; on rassemble  cela simplement sous « fond et sol »."

Une utilisation par RS dans un contexte tout différent : GA337b, 098-110, 30.08.1919 :
"Et ce livre que promouvait-il donc ? Il ne promouvait rien de plus urgent que, oui, que justement cet art, que nous avons eu là, cette art de théâtre, cette art de sculpture, cet art musical et ainsi de suite. - Tout cela n'a pas de fond et sol social, cela est déraciné, et tout doit à nouveau être formé à partir du social."

Plus récemment (hiver 2015/2016), dans certains textes plus récents, s'est fait sentir le besoin de traduire par "terre et sol" pour signifié que cela englobe autant la terre "vivante"que le sol "mort" . Le m2 bâti n'étant concerné qu'au niveau des fondations.

Nous restons vigilant sur le sujet et mettrons cette note à jour en cas de plus ample compréhension.

"légalité" ou "légité" :
légité a été suggèré pour ne pas utiliser légalité dans les cas où il est question de lois naturelles ou spirituelles (ne relevant pas du droit au sens juridique.

"Rechtsleben" litt.droit-vie: vie du droit, souvent traduit aussi vie juridique. Ce qui souvent n'est pas sans problème parce que ce qui est alors en allement mot composé de deux noms, devient en français nom avec adjectif. La difficulté ne réside pas que dans la traduction, mêmes les germanophones, peuvent passer à côté de la signification que R. Steiner donne à ce terme. A titre d'appel à la vigilance nous signalerons que pour lui : droit de la famille, droit privé/civil, droit pénal relèvent de la vie spiituelle alors que droit public, droit du travail, droit de la propriété relève de la vie "juridique", le pur Etat politique "débarasser" de la vie spirituelle et de la vie économique.
Autre aspect,dans une étude encore non terminée, il s'avère que R. Steier utilse plus de 600 expressions "synonymes" de celle-ci.

droit commercial vie spirtuelle?

"nationalökonomie" litt: national économie , ex : "le cours d'économie nationale". Il semble exister un débat sur ce qu'il serait plus juste de traduire aujourd'hui 'économie politique", ce qui correspondrait à l'évolution des disciplines économiques aujourd'hui. "L'économie nationale" étant alors la façon d"appeler justement alors, au début du 20è siècle, cette discipline, que d'ailleurs R. Steiner "élargit" selon son essence à la terre entière tout en combattant son caractère restrictivement "national" si on entant par cela son ratachement à l'entité politique "Etat". Mais à cela vient s'ajouter la question de l'économie "politique" qui justement devrait en être détachée à l'avenir (voir plus bas "Volkwirtschaft")

"Philistertum"

"Rente" On s'interrogera sur le concept qui visiblement était plus usité au début du 20è siècle. Il semble alors révêtir des significations plus précises tant techiquement que dans la vie de gens qu'aujourd'hui. Et Steiner y apporte probablement aussi sa touche...

Volkwirtchaft, volkwirtschaftlich (l'adjectif) : litt: Volk > peuple ou ...nation. Wirtschaft > économie. Notons tout d'abord que pour son cours d'économie, Rudolf Steiner parle de cours d'économie nationale. Il emprunte probablement l'expression usuelle de son temps bien qu'il y développe autre chose sur ce sujet constatant et annonçant l'économie mondiale. Beaucoup traduiront ensuite économie "politique". La discipline universitaire évoluant aussi en ce sens et l'économie devient en même temps porteuse d'ambitions politiques. Mais R. Steiner constate déjà ces obstacles. Si on replace son cours d'économie dans le contexte du "temps de la tri-articulation" qui s'achevait, et qu'on n'ignore pas ses apports, peut être pourrait-on lui prêter d'utiliser en fait le terme dans son sens littéral, un sens d'avenir : "économie du peuple"ou populaire. Compris son cours n'est plus la discipline académique, sans pourtant être dépourvu de rigueur. Car ce ne peut alors être qu'une économie "assoziative" autogérée pratiquée d'en bas. Par le peuple des êtres humains aux capacités variées, ou aussi par ce que W. von Humbold appelle aussi le "génie de la nation" où toute action (politique) de l'Etat doit bien se garder d'intervenir. Par l'ensemble de son oeuvre de science sociale, il montre justement les chemins par lesquels ce qui aujourd'hui peut encore sembler utopique, trouvera son chemin.

" Kernpunkte " : les points clef, les points germinatifs, les points fondamentaux, les points centraux, le triple aspect de la question sociale : autant de façon de traduire le titre du livre de grande diffusion rédigé en deux mois par RS comme support à la campagne publique pour la tri-articulation de l'organisme social. Nous ferons un point historique des différentes éditions et traductions ultérieurement.