triarticulation

Institut pour une triarticulation sociale
(version française du site allemand)
Conditions d'utilisation.

Accueil

 

Deutsch English Dutch Skandinavisk Français Italiano Español Português (Brasileiro) Russisch
Recherche
 Contact   BLOG  Impressum 

Au sujet de la composition du « Cours d’économie politique » ( 1 )..........> retour au menu de la série

Équité du prix
dans la doctrine sociale catholique et dans l’idée de la tri-articulation de l’organisme social

Stephan Eisenhut

trad. Daniel Kmiècik, revue F.G. au 19/04/2016 - ( 0 )

Esprit des éléments :
« Le monde est ordonné ainsi
Que la prestation toujours exige
La contre-prestation. »
Rudolf Steiner : La porte de l’initiation

L’Euro est un projet politique qui fut inspiré de manière décisive par l’esprit de la doctrine sociale catholique. ( 2 ) Quatorze ans après son introduction, les lamentations sont grandes. Car les conditions sociales dans l’UE sont vécues comme plus injustes que jamais auparavant. Avec cela la question de l’équité se tient au centre de la doctrine sociale catholique. Le Cours d’économie nationale court pareillement vers l’établissement de prix qui peuvent être ressentis comme équitables. Rudolf Steiner saisit là des contenus de pensée, qui s’enracinent certes dans la même origine spirituelle que la doctrine sociale catholique. Nonobstant, il leur donne des formes de pensée, d’un penser sortant de l’action individuelle. — En saisissant des problèmes sociaux actuels, Stephen Eisenhut tente ici d’élaborer à fond la différence basique entre ces deux impulsions.

 

À l’intérieur de l’Europe, l’Allemagne, est en ce moment un pays miraculeux pour l’emploi. Tandis que selon Eurostat ( 3 ), en mars 2013, le chômage d’ensemble en Europe atteignait une nouvelle culmination à 12,1%, les taux les plus bas décrivaient l’Allemagne (5,4%) et l’Autriche (4,7%). Ce n’est pas un miracle et cela peut encore, comme l’illustre le graphique au verso de cette page, être produit par des parts de charges salariales dans les coûts de production favorables et dépourvus de concurrence.
Des coûts salariaux plus bas sur le travail peuvent être le résultat d’un potentiel de production très efficace d’un pays. Tout aussi bien, ils peuvent être l’expression que dans ce pays, les revenus, qui peuvent être formés à partir de la fourniture des prestations de travail, sont plus bas. La grande industrie allemande ( 4 ) et les entreprises moyennes purent sans cesse rendre plus efficient leur potentiel de production durant ces dernières décennies. Ainsi la productivité du travail entre 1991 et 2011 s’est accrue de 22,7%( 5 ). Par contre, on ne peut pas parler d’une participation réelle de la population travaillant à cette augmentation de productivité. Un regard sur l’évolution des salaires réels montre que certes jusqu’au milieu des années 90, on enregistra  une montée de l’index correspondant. Mais à partir de ce moment et jusqu’au début de la crise financière, les salaires réels furent en baisse. Actuellement ceux-ci se trouvent toujours et encore au niveau de ceux de 1995. L’Allemagne dispose, en outre, du plus grand secteurs de bas salaires en Europe. ( 6 ) Elle peut donc produire moins cher et sans concurrence, au grand regret des autres pays européens. Dans cette mesure, il est donc compréhensible d’entendre ces pays élever contre l’Allemagne le reproche d’un  dumping des salaires.( 7 )
De plus faibles taux de chômage sont le prix à payer pour avoir fait de l’Allemagne un lieu de travail favorable au capital qui n’est plus localisable au plan national, depuis bien longtemps grâce à une reconfiguration du système juridique allemand. Avec cela pourtant les Allemands, tout en  travaillant déjà très efficacement de toute façon, mettent fâcheusement sous pression les pays voisins du Sud de l’Europe : soit vous acceptez des salaires plus bas et vous investissez en outre judicieusement, soit vous aurez des taux de chômage toujours plus élevés ! Avec cela déjà en Allemagne et en Grèce plus de la moitié des personnes en dessous de 26 ans sont sans travail. Et entre temps de très nombreux autres facteurs parlent contre ces pays de sorte qu’ils sont à peine en situation, d’édifier à présent une économie capable de concurrencer les pays du Nord — en plus, par le renoncement à leur propre monnaie, ils n’ont même plus la possibilité de dévaluer.
Toutefois les marchandises, qui sont produites en Allemagne doivent trouver sur les marchés extérieurs des acheteurs capables de les payer. Si la vente des produits allemands n’avait pu être déplacée sur les marchés extra-européens, elle se fût massivement brisée avec l’éclatement de la crise financière. Car sur le marché intérieur européen, les acheteurs font défection, puisque dans les pays en crise plus aucun capital ne fluait.

D’une façon normale, la capacité de payer prend naissance dans la vie économique à partir du fait qu’une contre-prestation adéquate peut être réalisée. Cela vaut aussi bien pour les individus que pour les régions économiques (lesquelles, en général, ont été délimitées sur les frontières nationales des États). Si dans l’une de ces régions, des produits seront réalisés avec efficacité croissante et aussi encore avec des coûts de salaire relativement faibles, cela paralyse nécessairement l’échange de prestations avec les autres régions, car celles-ci perdent les possibilités de produire des contre-prestations adéquates. À moins que soient ouverts d’autres moyens pour restaurer cette capacité de paiement. Ces moyens, on les a trouvés en Europe avec l’introduction de la monétaire unitaire européenne.
Comme déjà montré dans la précédente contribution,( 8 ) la création de l’Euro fut un projet politique, qui fut poussé en avant d’une manière déterminante par l’esprit de la doctrine sociale catholique. Seulement les effets de ce projet ne furent pas précisément ceux auxquels on s’était attendus. La raison pour cela, par exemple, le jésuite spécialisé en éthique sociale et connu en tant qu’esprit particulièrement critique, Friedhelm Hengsbach, la voit dans le fait que les politiciens — et ici il désigne Angela Merkel —, au lieu que de poursuivre une « économie orientée sur la démocratie », s’efforcèrent à une « démocratie conforme au marché ».( 9 ) Hengsbach se sert du même modèle d’argumentation que celui déjà utilisé par l’économiste français Michel Albert, dans son ouvrage Capitalisme contre capitalisme ( 10 ) , qui voyait, lui, le problème dans le fait que le modèle d’un capitalisme européen solidaire a du mal à s'imposer vis-à-vis du capitalisme casino occidental, néolibéral.( 11 ) Dans l’Euro en soi, Hengsbach, ne reconnaît aucun problème, sauf quelques erreurs de construction.( 12 ) 
Car en vérité pour lui, le système d’union monétaire a été fondé sur un solidarisme entre les États européens. Cela présuppose un équilibre financier entre ces pays. Dans cette mesure, Hengsbach prend fait et cause aussi pour la création des Eurobonds. Il veut aussi faire financer des investissements publics au moyen de « crédits à taux favorables, voire nuls de la Banque centrale… » — c’est-à-dire à partir de création d’argent directe — « … ou bien encore par un fonds monétaire » qui est encore à créer.( 13 )
Une telle compensation financière européenne s’est réalisée selon une forme extrêmement chaotique dans les années qui ont suivi l’introduction de l’Euro. Exactement par ce qu’il était possible, que des pays comme la Grèce, le Portugal et l’Espagne, mais aussi la France et l’Italie, pussent déployer une demande capable de paiement, bien que le réel échange de prestation économique chutât dans un déséquilibre croissant. Au moyen de la monnaie commune et d’une « couverture de flanc »( 14 ) politique supplémentaire, d’inspiration néo-libérale, les conditions furent créées pour cela, de sorte que le capital formé en Allemagne fut d’abord investi dans la périphérie sud de l’Europe, dans des projets valant alors pour « plus lucratifs ». La sortie de capital d’Allemagne fut si puissante qu’entre 2002 et 2006 pas seulement les salaires réels y diminuèrent massivement (voir le graphique), mais qu'en même temps il resta à peine d’argent à disposition pour l’entretien des infrastructures publiques (routes, ponts, hôpitaux, etc.). Si avec ce capital dans la périphérie sud de l’Europe des entreprises capables de concurrence eussent pris naissance, la sortie de capital allemand eût encore eu au moins un certain sens.

De la vue de la doctrine sociale catholique, la misère actuelle est donc une conséquence que le concept d’un capitalisme européen solidaire n’a pas pu être suffisamment mis en œuvre, en particulier par ce que tout de suite en Allemagne dans la politique — comme une sorte de programme de contraste aux efforts européens — a été poursuivit une impulsion néo-libérale. Par la critique portée sur cette impulsion, on put bien distraire l’opinion publique de sa propre part à la misère. De la perspective de l'ainsi nommé néo-libéralisme, peut absolument être développé une contre-position compréhensible qui toutefois à cause de son stigmate radical de marché, sera à peine prise au sérieux. J’en viendrai en détail sur elle, dans une prochaine contribution. À cet endroit, je vais d’abord suivre la préoccupation justifiée de la doctrine sociale catholique, de laisser la population travaillant avoir part d’une manière appropriée au succès économique d’un ensemble d’êtres humains travaillant ensemble.

 

Prix exact et juste dans la doctrine sociale catholique
La vie économique au sens de la doctrine sociale catholique, selon Oswald Nell-Breuning, a comme objectif principal, de remplir la « fonction culturelle du soin de la subsistance» de manière telle que n’en résultent aucuns effets secondaires( 15 ) moralement inacceptables. Ce qui est acceptable et ce qui ne l’est pas, résulte de la théologie morale. Les postulats de la théologie morale pour une économique qui fonctionne ont été dérivés de la tradition de la scolastique, à partir du droit naturel ( 16 ) .
Mais maintenant l’économie du Moyen-Âge se distingue fondamentalement de l’économie de marché des temps modernes. Les circonstances médiévales pouvaient encore être embrassées du regard et étaient à peine soumises à des changements fondamentaux. Sur ces circonstances se laissaient facilement transposer des concepts d’équité qu’Aristote avait déjà développés. Par l’échange des prestations sur le marché [sens concret ici : le marché du village, ndt], Albert le Grand (autour de 1200-1280) partait d’abord du fait qu’un prix est exact lorsque dans les biens qui ont été échangés, des quantités à peu près égales de travail et de dépenses ont été engagées. La production du mètre d'oeuvre, exprimée dans la production du cordonnier, serait avec cela le nombre de paires de chaussures que le cordonnier peut achever dans le même temps dont le maître d'oeuvre a besoin pour faire une maison, déduction faite naturellement des dépenses engagées à chaque fois ( 17 ) . Pour la scolastique, comme pour les penseurs de l’Antiquité, les divers besoins que devaient développer les gens sur la base de leur profession, jouaient aussi cependant un rôle, au-delà de cette équité d’échange ( 18 ) . Étant donné que les industries et activités diverses étaient reliées à diverses obligations dans la société, leurs productions devaient être payées d’une manière qui rendît possible que ces obligations pussent être aussi satisfaites conformément au rang. L’équité d’échanges (iustitia communicativa) se voit donc modifiée par la représentation d’une équité de répartition (iustitia distributiva). Ici joue la pensée d’un ordonnancement divin, qui allègue une hiérarchie relativement claire. Des temps de travail purs ne peuvent, par conséquent, être échangés qu’entre des activités de même valeur.

Les circonstances économiques médiévales étaient établies de sorte que dans le cas normal, les besoins fondamentaux de l’ensemble de la communauté des êtres humains réunis ensemble étaient satisfaits. Un changement de la structure des besoins n’était pas prévu. Les hommes étaient pareillement fixés dans leurs situations professionnelles. Dans ces circonstances statiques, on pouvait décrire, sur la base des postulats d’une théologie morale, les motifs de détermination d’un « prix équitable ».
Avec le passage à l’époque moderne, cet ordre statique fut successivement brisé. Le type de l’entrepreneur ingénieux modifia les conditions de la production, et, dans la mesure où cela se produisit, les êtres humains [se, ndt] découvrirent de nouveaux besoins matériels. En outre, les circonstances d’échange furent de moins en moins déterminées par les conditions des marchés régionaux, car dans la formation du prix intervinrent alors aussi des facteurs d’économie mondiale. Toujours est-il que l’impossibilité d’embrasser du regard les circonstances humaines qui accompagnèrent ce changement mena aussi, d’un côté, à ce que quelques hommes succombant aux besoins de luxe pouvaient être satisfaits, et que, d’un autre côté, beaucoup d’hommes, en dépit d’un labeur pénible, manquaient de moyen pour satisfaire leurs besoins les plus élémentaires. Dans la perspective d’une théologie morale chrétienne l’ordonnancement moral fut donc brisé avec cela( 19 ). Les mesures morales doivent être adaptées à la nouvelle situation de manière telle qu’un ordonnancement moral puisse se rétablir. Pour Nell-Breuning l’éthique économique est pour cette raison toujours en premier lieu une économie de raison synthétique, comme la totalité de l’ordre moral est un ordre de raison synthétique, comme donc l’ordre du discernement le plus élevé qui est la sagesse créatrice de Dieu »( 20 ).
La difficulté d’une économie dynamique des temps modernes consiste à présent dans le fait que des prix jouent essentiellement dans des circonstances de pénurie et ne peuvent donc pas être délimités de l’extérieur par des critères d’équité. Là où cela est tenté, surgissent aussitôt de fausses invitations à la production. Aussi loin pourra seulement être parlé d’un « prix correct », pour un prix de marché, qui se forme librement sur la base de l’offre et la demande, seulement lorsqu’il coïncide avec des postulats de théologie morale. C’est pourquoi Nell-Breuning constate déjà, dans l’un de ses ouvrages antérieurs : « Les raisons de détermination de valeur sont en même temps les raisons de détermination du« juste » prix, et le« juste » prix au sens de l’économie nationale, c’est le prix « justifié » au sens de la morale » ( 21 ) .
Si l’on veut donc arriver à ce qu’il en résulte des prix justes, ce sont les constellations des forces de la vie économique, en tant que telles qui doivent être mises en ordre, c’est-à-dire, il faut aborder en définitive le partage du travail au sein des divers secteurs de la production. Ce faisant, Nell-Breuning part absolument du fait que seules doivent être autorisées de telles branches de production qui dans une perspective sociale servent le bien commun, et donc celles qui couvrent la satisfaction de besoins qui méritent de l’être. Pour des produits, qui ne suffisent pas à cette demande, il réfléchit à la possibilité de manipulations des prix, qui rendent ces produits impossibles dans ce secteur. ( 22 ) — À partir de sa vue dans les lois de l’ordre divin, la doctrine sociale catholique veut créer une structure économique qui rende possible ces prix justes : « Si la vie économique est organisée de manière correcte, et donc saine dans sa construction et dans la répartition des forces, et si elle travaille à son vrai but, à savoir à l’approvisionnement de subsistance […] alors les biens et les prestations de service ont leur valeur, c’est-à-dire les prix entrent en jeu de manière telle qu’ils sont l’expression des relations d’échanges correctes, de vraies valeurs »( 23 ).
Mais comment une telle organisation de l’économie peut être atteinte ? Nell-Breuning compte ici sur l’autonomie de gestion de la vie économique. Avec cela, il favorisa, de nombreuses années durant, l’idée d’une coopération non dirigée par l’État entre les participants dans le cadre d’un « ordre des classes de métiers ». Cela signifie, les exploitations d’une branche doivent se réunir dans une sorte de corporation, qui reçoit le statut de corporation de droit public. Les intérêts internes de branche peuvent être régulés dans ses institutions mêmes. Conformément au principe de subsidiarité, l’État ne peut ensuite intervenir que lorsqu’une régulation à l’intérieur de ce corps constitué n’est pas possible( 24 ).
Pour le reste, Nell Breuning aspirait à une collaboration de tous les états de métier. Ceci était censé  se produire, selon sa représentation, par la formation d’un « office des salaires et des prix » porté en commun par toutes les branches, « auquel toutes les exploitations eussent donné un aperçu de leur comptabilité et aussi tous les ménages devaient lui ouvrir leur livre de compte » ( 25 ) . Toujours est-il que la tâche d’un tel service n’est aucunement de dicter les prix et les salaires, mais au contraire de se mettre purement et simplement au service des exploitations pour les aider à établir, en toute responsabilité propre, la fixation des tarifs et le calcul des prix réels.( 26 ) En reconnaissance de la critique ordolibérale faite à cette impulsion, Nell Breuning modifia par la suite sa position et évita le concept d'« ordre des classes de métiers ».( 27 )

Une telle impulsion suppose, en effet, qu’au moins les participants de l’économie donnant la mesure soient accessibles aux considérations de raison et de justice de la théologie morale, pour que les réflexions pour l’ordonnancement théorique pour l’articulation de l’économie puissent être mise en œuvre relativement conséquentes. Le fait de modifier les productions différenciées des classes de métier par le point de vue de la justesse du partage ainsi que des échanges de production dans le marché économique ne s’échangent pas par des quantités de temps de travail équivalentes, pourrait être considéré comme une estimation pratique à la vie. Cependant par le rappel à un ordre divin donné par avance, les rapports de pouvoir sociétaux sont solidifiés. « L’ordre social existant [italique de SE] » est ce qui détermine ce que le travail veut dire sociétalement et la manière dont la société doit « l’honorer » conformément à cela », accentue Nell-Breuning aussi encore en 1980 ( 28 ) . Ce qui est cependant problématique c’est que Nell-Breuning — apparemment en tant que concession faites aux conditions d’une « économie de marché ou de circulation dynamique et en expansion » ( 29 ) — répondit positivement à la question de savoir si à partir de la propriété elle-même, et donc indépendamment d’une production réelle, un revenu à la permission être visé. La base de justification reposait ici pour lui dans l’utilisation adéquate : « Ainsi l’utilisation pour un investissement peut justifier la perception même de revenus très élevés à partir de la propriété. »( 30 ) Avec cela-il a donc reconnu l’aspect spirituel de la formation de valeur en économie nationale — et donc ce que Rudolf Steiner reconnaît lui comme facteur de formation de valeur autonome (valeur 2 respectivement « esprit sur le travail ») — relié à la question de la propriété. Mais aussi à l’autre pôle de la formation de valeur, Nell-Breuning associe un aspect avec la question de la propriété, qui doit nécessairement mener à une falsification de la compréhension de la valeur et avec cela rendre impossible la clarification de la question, si un prix, qui se forme sur le marché, est juste ou pas. Car Nell-Breuning part de ce que la propriété du sol elle-même porte absolument des fruits, à savoir forme une valeur. Toutefois,  ce « ne serait pas la propriété seule qui porte des fruits, mais la propriété en association avec le travail ».( 31 ) De « façon explicite » il rend cela plus évident à l’exemple de la rente différentielle. Parce qu’un sol a une plus haute fertilité qu’un autre, celui qui veut l’utiliser à un usage agricole, sera prêt à payer un fermage plus élevé pour le sol plus fertile. Car il sait que là, dans le même temps de travail, il réalisera une récolte plus importante que sur le mauvais sol.

En conséquence, il ne peut pas mettre cette récolte bonifiée exclusivement au compte de sa propre production de travail. Il déduit un bénéfice/rendement du sol d’une «sorte non observable» à partir de la pénurie. Les propriétaires pourraient « tirer quelque chose d’une utilisation purement idéelle », en effet « du fait que le sol n’est pas si abondamment disponible, que chacun, qui veut cultiver du sol, « peut  s’emparer de la possession de sol« sans maître » »( 32 ). Mais avec cela, Nell-Breuning justifie que pour le partage de la richesse d’économie nationale, devient prépondérante une pure relation de droit ou de pouvoir, et non pas ce qui est une prestation concrète corporelle ou spirituelle humaine.

Prix juste et correct dans l’impulsion de Rudolf Steiner
Dans le Cours d’économie politique ( 33 ) , Rudolf Steiner caractérise, au début de la seconde conférence, la question du prix comme « ce type de question sur laquelle les plus importantes confrontations d’économie nationale doivent deboucher». La sixième conférence commence par la question, « comment peut-on en arriver à une représentation du … prix juste à l'intérieur du processus d’économie nationale ». D’une manière analogue à celles de la doctrine sociale catholique, les exolications d’économie nationale débouchent avec cela sur l’instauration de prix corrects. Toutefois Steiner argumente purement sur la base de facteurs économiques et se retient de toutes réflexions de théologie morale. Nonobstant, il importe aussi pour lui que la « raison doit entrer dans l’économie nationale » ( 34 ) . Mais cela ne se produit pas au moyen d’une instance ordonnatrice. Ainsi Steiner accentue tout de suite dans ce contexte avec la formation d’association : « Ce n’est pas pour la raison qu’il s’agisse, de proposer comment devraient être les institutions, afin qu’advienne ce qui est socialement correct, mais au contraire pour la raison qu’il s’agit d’amener les êtres humains à une telle relation sociale, de sorte qu’à partir de la collaboration des êtres humains, apparaisse la résolution progressive des questions sociales. » ( 35 ) La tâche principale de ces associations, c’est d’observer la manière dont les prix grimpent ou tombent, afin d’entrer en négociation entre elles sur la base de cette observation, pour que « le juste nombre d’êtres humains » soit amené dans la branche de production correspondante.( 36 ) Des prix justes s’installeront ensuite progressivement, selon Steiner, si une telle conduite du travail réussit.
La difficulté, que doit avoir avant tout des économistes de mentalité libérale face au penser d’économie nationale de Rudolf Steiner, se trouve fondée en ce que Steiner bouscule de façon permanente les habitudes du penser en jeu. Ainsi l’économiste en question s’empare de contenus de pensée qui proviennent d’un courant de configuration/formation spirituel (conceptuellement réaliste), dans lequel se place aussi la doctrine sociale catholique. Ce dernier aboutit nonobstant à une forte immixtion de l’État dans les processus d’économie nationale, même si, en théorie, c’est apparemment quelque chose de tout autre à quoi sera aspiré. Steiner apporte ces contenus de pensée sous une nouvelle forme de pensées, qui correspond pour l’occidental libéral, à un penser nominaliste s’appuyant sur l’observation extérieure. Ainsi chez lui, les prix doivent être le résultat de contrats, que les partenaires économiques concluent de façon autonome sur la base de l’observation commune du marché.( 37 )
Pour un penseur occidental libéral, une observation commune du marché est pourtant à peu près un machin de l’impossibilité, car cela se laisse réaliser, dans le meilleur des cas, dans des formes d’organisations telles que celles que Nell-Breuning avait favorisées durant beaucoup d’années, avant de ne plus insister, par manque de possibilité de leur adoption. Autrement dit : Steiner aspire d'une base contractuelle théorique à des formes du travail en commun qu'un penseur libéral peut seulement mettre en rapport avec le penser d’ordonnancement social du Moyen-Âge. En outre, il argumente sur la base d’une doctrine de valeur objective. Celle-ci sera nonobstant/pourtant refusée par l’école libérale, parce que pour elle, le prix ne peut être que l’expression de circonstances de pénurie. Mais la doctrine sociale catholique aussi — au moins sa branche principale — rejette la doctrine de valeur objective avec l’argument que celle-ci ne prend pas en compte la part spirituelle du travail. Elle voit celle-ci, comme on l’a montré plus haut, déterminée par l’ordonnancement social. Steiner, au contraire, complète la doctrine de valeur du travail par une doctrine de valeur de l'esprit et place ces facteurs créateurs de valeur dans un rapport avec les besoins s’articulant au marché. Par le concept de tension formatrice de valeur, il prend ainsi avec cela aussi en compte l’influence des circonstances de pénurie sur la formation du prix.( 38 )
La formation d’associations pour une observation commune des prix du marché et la conduite du travail ne peut pourtant pas réussir, si la vie de l'esprit tente d’assurer sa part aux bénéfices du faire en commun l’économie de manière erronée par la vie de droit. Mais c’est exactement ce qui arrive quand les rapports de propriété et de pouvoir seront configurées ainsi que le plus rusé peut les utiliser pour lui. De fausses institutions comme le droit de propriété qui n’est plus conforme à l’époque, que favorisent aussi bien la doctrine sociale catholique que celle du libéralisme,) peuvent donc devenir une raison d’empêchement pour l’entrée de la raison synthétique/liante dans le processus économique. L’institution conforme à l’époque comme telle peut certes écarter ces motifs d’empêchement, mais elle ne peut pas agir elle-même pour que la raison liante pénètre. Cela peut seulement se passer la collaboration concrète des êtres humains. Mais pour cela, il est important que les êtres humains acèrent le regard sur les prestations concrètes qu’ils s’apportent mutuellement. C’est précisément pour cela qu’ils ont besoin d’une doctrine de valeur objective, qui décrit le jeu mutuel du travail spirituel et corporel. Dans la sixième conférence du Cours d’économie nationale, Rudolf Steiner détermine la « formule du prix juste » de la manière suivante : « Un juste prix est alors disponible, quand quelqu’un, pour une fabrication qu’il a réalisée, reçoit autant de contre-valeur qu’il peut ... satisfaire la somme de ses besoins, ce dans quoi est naturellement inclus les besoins de ceux qui appartiennent à lui, aussi longtemps jusqu’à ce qu'à nouveau il aura confectionné un même produit. » Avec cela il a saisi cette mission principale de la vie de l'économie — que Nell-Breuning a nommé «fonction culturelle de l’approvisionnement de subsistance » — d’une manière qui est conçue aux conditions d’une économie de marché moderne et dynamique. Car, d’un côté, cette formule prend en compte le fait que tous les êtres humains peuvent trouver une subsistance adaptée, puisque cette formule s’applique à toutes les prestations, donc aussi aux prestations purement spirituelles. Pareillement y sont inclus ceux qui, sur la base de leur situation de vie concrète, ne sont pas en mesure, de produire eux-mêmes des prestations.( 39 ) D’un autre côté, la valeur de ces prestations sera déterminée à partir du futur, « car les événements d’économie nationale se modifient justement du passé en entrant dans le futur. » Avec cela le revenu sera séparé de l’aspect passé de la prestation produite. Pourtant la production humaine concrète doit être valorisée. Il ne serait autrement pas possible de juger si un prix est juste ou pas et s’il se présente une conduite du travail adaptée aux besoins réels.

Steiner oppose au « penser état de fortune » d’un Oswald Nell-breuning un penser sur les processus concrets de prestation économique. Ce n’est pas du fait qu’un prétendu ordre divin soit restauré que l’économie moderne devient apte au futur, mais au contraire du fait que prestation et contre-prestation puissent correctement s’équilibrer. Lorsque aucun ancien rapport de droit et de pouvoir n’entrent en jeu dans les rapports économiques, alors « le possédant devra aussi équilibrer nécessairement la prestation de celui qui ne possède rien avec la contre-prestation. »( 40 )
De la même façon que la nature en soi ne crée aucune valeur d’économie nationale, mais doit au contraire être transformée d’abord par le travail humain pour l’échange d'économie de marché,  ainsi la simple possession — c’est-à-dire le pouvoir de disposer sur le moyen de production — ne crée aucune valeur en soi, mais au contraire seulement son utilisation sensée par l’esprit humain. Plus l'objectif de revenu à partir des simples rapports de possession disparaît, d'autant moins cela a du sens de différencier entre équité de revenu et de prix. Car le paiement d’un salaire est l’expression pour ce que le travailleur, comme donc aussi Nell-Breuning l’exprime pertinemment, a « chosifié sa force de travail à l'employeur » et à cause de cela perçoit « en tant que dédommagement pour le travail fournit par lui », et non pas le produit fabriqué par lui, mais au contraire le « salaire convenu  d’avance» ( 41 ) . Pour Steiner, il s’agit, lors d’un tel achat de force de travail, d’un achat feint. En réalité, c’est quelque chose de tout différent qui se passe, à savoir, un échange de prestation entre le travailleur et l’entrepreneur.( 42 ) Autrement dit : l’entrepreneur achète absolument au travailleur le produit fabriqué par celui-ci à un prix déterminé et lui attribue ensuite par sa prestation d’entrepreneur une valeur supérieure. Étant donné qu’il ne s’agit pas encore ici d’un échange de prestations sur un marché anonyme, l’entrepreneur est dans la situation d’estimer si le prix qu’il est prêt à payer, permet au travailleur de couvrir ses besoins futurs de la manière décrite. Le travailleur peut pareillement estimer la part de la prestation de l'entrepreneur. Il remarque exactement si l’entrepreneur s’entend à donner des instructions plus ou moins sensées dans le travail. Lors d’une direction sensée du travail, il acceptera sans plus que l’entrepreneur, par sa production d’entrepreneur, réalise un revenu essentiellement supérieur au sien. Car la valeur de son propre revenu, en sera conséquemment rehaussée. Lorsque l’entrepreneur dirige mal, le travailleur considérera une grande différence de revenu comme non justifiée. ( 43 )


L’équité du prix est donc ici une suite de négociations, par lesquelles la part à la prestation au produit fabriqué en commun par les participants peut être évaluée sur la base de l'égalité de droit. Dans cette estimation coulent les aspects de l’équité d’échange et de l’équité de partage. Le partage différencié est ensuite purement et simplement le résultat d’une libre reconnaissance de la production spirituelle et non pas des rapports de pouvoir sociétaux.( 44 )

Pour le praticien, qui veut transposer ces « incitations » de Rudolf Steiner, cela peut sembler très abstrait. Mais cela repose dans l’incompréhension générale à laquelle ces pensées sont exposées toujours de nouveau. Certes, Steiner ne fournit aucune directive sur « la façon de faire correctement dans la pratique », mais il décrit simplement comment se laisse déterminer correctement les relations entre travail matériel et spirituel dans une économie moderne, de partage du travail. Il s’agit uniquement de voir que dans la façon dont une pensée est formée, un esprit déterminé s’exprime. Et il importe de savoir ensuite dans la collaboration d'êtres humains, cet ou un autre esprit peut être agissant. Si cet esprit vit, alors il se révèlera que c’est à peine si les êtres humains discuteront sur leurs parts de prestations. Pour toutes les prestations, que les êtres humains se fournissent mutuellement d’habitude, sur la base du sentiment d’équité, il en résultera rapidement certaines valeur d'expériences, d’après lesquelles elles seront taxés. Dans une entreprise particulière, dont la direction croit « faire cela correctement » de telles expériences de valeur ne peuvent pas du tout prendre naissance.( 45 ) La création d’une saine chose publique [Gemeinwesen ou res pubblica, ndt] ne dépend pas pour Steiner simplement que chacun puisse recevoir ce qui correspond à ses besoins fondamentaux, mais elle est au contraire aussi rattachée à ce qu’à « la prestation corresponde une contre-prestation (ndtFG un service rendu en échange), lorsque donc l’être humain, pour ce que les autres travaillent pour lui, produisent et fournissent pour lui, est enclin à apporter un service rendu en échange de valeur correspondante ».( 46 ) Là où prestation et contre-prestation s’échangent directement la prestation devient marchandise. C’est pour l’essentiel le cas dans ces prestations qui prennent naissance dans le traitement de la nature.( 47 ) Pour des marchandises, un prix juste doit s’établir sur les marchés. Le prix est ensuite juste lorsque exactement autant de marchandises d’une sorte peuvent être offertes qui sont nécessaires à la satisfaction des besoins de tels demandeurs lesquels sont prêts à payer un prix, par lequel d’une manière déterminée ci-dessus, peuvent être aussi couverts les besoins de tous ceux qui ont participé à la fabrication. Étant donné que le temps de travail, que les êtres humains doivent fournir dans un domaine économique, ne peut pas être arbitrairement augmenté, mais doit au contraire être délimité par la vie juridique démocratique( 48 ), et que la nature ne se met pas non plus à disposition d’une façon illimitée, dans un telle chose publique saine, les divers besoins ne peuvent être satisfaits qu’en fonction des ressources naturelles à sa disposition. La satisfaction plus forte des besoins d’une sorte de marchandises ira toujours à la charge de la satisfaction d’une autre sorte de marchandise, à moins qu’un entrepreneur plus habile trouve une possibilité, par son esprit, d’épargner plus de travail.
Une petite couche d’être humains peut aujourd’hui assouvir avant tout des besoins de luxe, seulement parce que, sur la base du droit actuel de propriété, elle profite des prestation d’autres êtres humains, sans devoir produire de une contre-prestation. En conséquence de quoi, en d’autres lieux, des êtres humains ne peuvent pas satisfaire convenablement leurs besoins fondamentaux. Celui qui veut s’en tenir à ce droit de propriété, mais aspire à un « partage solidaire », doit avec une certaine nécessité manipuler finalement le système monétaire. Mais dans le meilleur des cas cela conduit au fait qu’à ceux qui ont peu, on prend quelque chose pour le donner à des hommes qui ont encore moins. Les productions nécessaires dont les êtres humains ont besoin, n’en seront pas multipliées pour autant. En ultime conséquence, on ne procure ainsi que d’autres possibilités d’enrichissement à ceux qui sont favorisés par «  l’ordonnancement divin ».

Cette considération sur la sixième conférence du Cours d’économie nationale dirigeait de manière primaire le regard sur la formation du revenu à partir du travail matériel actuel. Une autre considération s’attachera à regarder la formation du revenu à partir du travail spirituel, dans laquelle les processus temporels doivent être pris en compte dans une forte mesure.
Die Drei, n°6/2013.
(Traduction Daniel Kmiecik)

Notes :

( 0 ) - Original allemand : http://diedrei.org/tl_files/hefte/2013/Heft2_2013/Noek0213.pdf
version française en ligne : www.triarticulation.fr/Institut/FG/Articles/SE08.html
( 1 ) -
Considération de la 6ème conférence, tirée de : Rudolf Steiner : Cours d’économie politique (1922 ; GA 340), Dornach 2002.
( 2 ) - Voir à ce sujet : Stephen Eisenhut : Formation de structure sociale et la puissance des religions, dans Die Drei, 2/2013 [traduit en français gratuitement disponible auprès du traducteur, ndt], pp.39 et suiv.
( 3 ) - Voir : http://www.eurostat.ec.europa.eu/cache/ITY_PUBLIC:3-30042013-BP/DE/3-30042013-BP-DE.PDF
( 4 ) - Actuellement cela fait peu de sens de parler d’une « grande industrie allemande », quand même alors que le siège principal de celle-ci se situe encore en Allemagne. Les actions en sont marchandées au plan international et le plus souvent détenues par des investisseurs étrangers. C’est un phénomène absolument remarquable que la soi-disant Deutschland AG, et donc la situation de la grande industrie, des entreprises et des banques allemandes mutuellement intriquées entre elles par la propriété des actions, s’est dissipée avec une rapidité incroyable après le tournant du siècle. Tandis qu’au sein de l’UE, on tentait de s’appliquer, pendant le même temps, à créer un capitalisme selon le modèle du capitalisme rhénan, un contre-mouvement s’est mis en place manifestement à l’intérieur de l’Allemagne en suivant l’exemple du capitalisme anglo-américain.
( 5 ) - Communiqué de presse n° 149 du 30.04.2012 : www.destatis.de/DE/Presse-Service/Presse/Presse-mitteilungen/2012/04/PD12_149_811.html
( 6 )
- Voir Eurostat-Presse-mitteilung 189/2012 du 20.12.2012, selon www.spiegel.de/media/0,31342,00.pdf
( 7 ) - www.spiegel.de/wirtschaft/soziales/regierung-verweigert-sich-dem-kampf-gegen-lohndumping-a-897551.html
( 8 ) - Stephen Eisenhut : Formation de structure sociale et la puissance des religions, dans Die Drei, 2/2013 [traduit en français gratuitement disponible auprès du traducteur, ndt], pp.39 et suiv.
( 9 ) - www.radiobremen.de/wissen/themen/hensbach100.html
( 10 ) - Francfort, 1992.
( 11 ) - Voir à ce propos : Formation de structure sociale et la puissance des religions, dans Die Drei, 2/2013 [traduit en français gratuitement disponible auprès du traducteur, ndt] , pp.39 et suiv.
( 12 ) - www.stuttgarter-zeitung.de/inhalt.interview-mit-friedhelm-hengsbach-abschied-von-der-solidaritaet-in-europa.c26c2f7b-4f66-4bef-9ff7-639ff415c81e.presentation.printv2.html
( 13 ) - Ebenda.
( 14 ) - Il faut penser ici à des mesures qui, en particulier à partir de 2002, ont été prises par le gouvernement rouge-vert au pouvoir à l’époque, par exemple, l’agenda 2010, par lequel la création d’un secteur de bas salaires fut encouragée, ou bien des incitations à la mise en place d’une prévoyance privée de la vieillesse (par exemple la rente Riester).
( 15 ) - Oswald von Nell-Breuning restitué par Christian Hecker : Salaire et équité du prix. Rétrospective historique sous les considérations particulières à la doctrine sociale catholique, Marbourg 2008, p.91.
( 16 ) - Le droit, qui revient à l’être humain de par sa nature et qui peut être reconnu à partir du discernement de l’ordre raisonnable divin.
( 17 ) - Voir Christian Hecker : Salaire et équité du prix, à l’endroit cité précédemment, pp.44 et suiv .
( 18 ) - Thomas d’Aquin caractérisait l’équité d’échange en tant que équité compensatrice (iustitia communativa) ; voir Christian Hecker : Salaire et équité du prix, à l’endroit cité précédemment, p.40, en particulier la note en bas de page.
( 19 ) - Il est très important à cet endroit de distinguer entre la disposition idéelle d’un ordre social et la pratique de fait. Dans la pratique économique médiévale, se révélaient naturellement des situations, parmi lesquelles quelques besoins de luxe étaient satisfaits, alors que beaucoup souffraient de la faim. Qu’entre les mesures éthiques et les pratiques vécues règne un gouffre, c’est la situation normale. Les mesures éthiques furent en effet créées pour orienter les êtres humains vers une vie meilleure. Dans la perspective de la théologie morale, il manque au penser libéral justement ces mesures éthiques, puisqu’il ne se fonde que sur des circonstances contractuelles libres, purement terrestre.
( 20 ) - Oswald von Nell-Breuning : Proportionnalités horizontale et verticale du prix. Une contribution à la théorie de l’équité du prix, dans : Wirtschaftswissenschaftliche Vierteljahrshefte, 3/1927, p.164 (cité par Christian Hecker : Salaire et équité du prix, à l’endroit cité précédemment).
( 21 ) - Oswald von Nell-Breuning : Au sujet du concept de valeur, dans Max Meinertz/Adolf Donders (Édit.) : Par éthique et vie. Texte de commémoration des soixante-dix ans accomplis de Joseph Mausbach. Münster en Westphalie 1931, pp.128-136, cité selon Christian Hecker : Salaire et équité du prix, à l’endroit cité précédemment, p.93.
( 22 )- Voir Christian Hecker : Salaire et équité du prix à l’endroit cité précédemment, p.97.
( 23 ) - Oswald von Nell-Breuning 1931, à l’endroit cité précédemment, p.134.
( 24 ) - Voir Christian Hecker : Salaire et équité du prix à l’endroit cité précédemment, p.100.
( 25 ) - Ebenda.
( 26 ) - Ebenda.
( 27 ) - Ebenda, pp. 102 & 119.
( 28 ) - Oswald von Nell-Greuning: Équité et liberté. Grandes lignes d’une doctrine sociale catholique, Vienne 1980, p.264. Il reprend cette idée des scolastiques médiévaux et lui oppose la doctrine de valeur du travail de Marx.
( 29 ) - Ebenda, p.224.
( 30 ) - Ebenda.
( 31 ) - Ebenda, p.219.
( 32 ) - Ebenda, p.221.
( 33 ) - Rudolf Steiner: Cours d’économie politique (1922, GA 340), Dornach 2002.
( 34 ) - Ebenda, p.154.
( 35 ) - Rudolf Steiner : La question cardinale de la vie économique, dans du même : La réalité des mondes supérieurs (1921, GA 79), Dornach 1988, p.260.
( 36 ) - Ebenda.
( 37 ) - Voir Rudolf Steiner : Conseil d'entreprise et socialisation (1919, GA 331), p.166 et en particulier p.172.
( 38 ) - Voir à ce sujet Stephan Eisenhut : Usure du capital, création d’argent et formation d’associations économiques, dans Die Drei 1/2012. pp.38 et suiv.
( 39 ) - Dans la formulation il est seulement succinctement dit : « y compris naturellement les besoins de ceux qui lui sont proches ». Steiner explique en divers endroits comment il comprend cela, Par exemple, dans Conseil d’entreprise et socialisation (1919, GA 331)p.171 : « Une réelle échelle de mesure de valeur, on l’a seulement si l’on inclut tout ce qui doit être payé pour les êtres humains qui ne peuvent pas travailler, pour les enfants qui doivent être élevés, ceux qui sont incapables de travailler, les invalides et autres.» Cette inclusion de ceux qui sont des non-productifs économiques peut être réalisée par des formes justes de partage.
( 40 ) - Rudolf Steiner : Les points essentiels de la question sociale (1919, GA 23) Dornach 1976, p.19.
( 41 ) - Oswald von Nell-Greuning: Équité et liberté. Grandes lignes d’une doctrine sociale catholique, à l’endroit cité précédemment p.217
( 42 ) - Voir Rudolf Steiner: Cours d’économie nationale, à l’endroit cité précédemment, pp.97 et suiv.
( 43 ) - Que la production spirituelle de l’entrepreneur doit agir directement sur la hauteur de son revenu, Rudolf Steiner le décrit dans Les points essentiels de la question sociale (GA 23), p.125 : « Et c’est déjà en vérité dans l’esprit de ce qui est ici présenté que, lorsque la production recule, se réduit le revenu du producteur dans la même masse qu’il augmente lors d’un accroissement de la production. Mais sans cesse, le revenu émanera toujours de la production spirituelle du dirigeant… »
( 44 )- Rudolf Steiner : « Un circuit économique fermé sur lui-même, qui reçoit de l’extérieur ces fondements juridiques et l’apport constant des facultés humaines qui se font jour, n’aura à faire en soi qu’à l’économie. Il pourra être de ce fait celui qui donne lieu à une répartition des biens, qui procure à chacun ce qu’il peut avoir d’une manière équitable à partir du bien être de la communauté. Lorsqu’il aura un revenu en apparence supérieur à un autre, cela sera seulement dû au fait qu’il aura fait profiter d’un « plus » à la communauté, à causes de ses facultés individuelles [talents personnels, ndt] » (Les points essentiels de la question sociale (1919, GA 23) Dornach 1976, p.126).
( 45 ) - Rudolf Steiner tient la conception que l’on ne puisse socialiser que des entreprises particulières pour curieuse, car il n’existe principalement aucune possibilité ce faisant d’organiser de manière raisonnable la formation du revenu :  « Car celui qui conçoit encore aujourd’hui la socialisation de manière telle qu’il veuille seulement socialiser les entreprises particulières, celui-là verra très rapidement sur quel curieux point de vue nous nous trouverions au bout de cinq ans purement et simplement du fait de la socialisation des entreprises particulières. Si nous socialisions purement et simplement les entreprises particulières, en en viendra  à l’individualisme le plus crapuleux des entreprises particulières, et les travailleurs en seront le plus insatisfaits. Il apparaîtra une telle inégalité entre les travailleurs en relation avec le revenu, que c’en sera insupportable. Pour préciser, on ne peut socialiser que la totalité du corps économique, à partir d’une certaine grandeur » (Conseil d’entreprises et socialisation (1919, GA 331), p.31).
( 46 ) - Ebenda, p.170.
( 47 ) - Voir au sujet de cette détermination du concept de marchandise : Rudolf Steiner : Cours d’économie politique, à l’endroit cité précédemment, 6ème conférence p.90.
( 48 ) - Voir à ce sujet Stephan Eisenhut : Esclavage moderne et Christianisme — l’émancipation du travail et du droit, dans Die Drei 6/2012, pp.36 et suiv.

 Stephan Eisenhut, né en 1964 à Coblence, études en économie politique à Fribourg en Brisgau, thème de recherche sur Les fondements de science spirituelle en science social chez Rudolf Steiner, formation d’instituteur à Mannheim, 1997-2000 enseignant à l’école Rudolf Steiner Mittelrhein, depuis 2001 gérant de la société de publications Mercurial (GmbH) — Adresse c/0 mercurial-Publikationsgesellschaft mbH, Alt-Niederursel 45, 60439 FRANKFURT, Courriel : gf@mercurial.de.